Du bon usage des technologies digitales en dentisterie

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Google plus
  • Facebook
  • Twitter
  • PDF
  • Imprimer la page
Tout sur la gestion des risques médicaux
                et la sécurité du patient

Du bon usage des technologies digitales en dentisterie

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Google plus
  • Facebook
  • Twitter
  • PDF
  • Imprimer la page
0 Commentaire

La technologie digitale est aujourd’hui incontournable en dentisterie. Il est devenu normal d’utiliser des radiographies 3D ou de voir les techniciens de laboratoire « sculpter » des chapes et autres infrastructures directement sur un écran d’ordinateur. Les prises de teinte des prothèses peuvent également être assistées par ordinateur. La fiabilité de ces techniques nouvelles n’est plus à démontrer.

Cependant, tous les praticiens n’accueillent pas cette évolution avec le même enthousiasme, l’âge demeurant l’un des principaux facteurs d’acceptation de ces nouvelles technologies.

  • Chirurgien-dentiste
Auteur : Franck Renouard / MAJ : 09/09/2015

C’est une équipe très sérieuse autour du Professeur Galluci à l’Harvard School of Dental Medecine de Boston qui a réalisé cette étude. Ils ont demandé à deux groupes de 30 praticiens chacun d’évaluer deux techniques d’empreinte : l’une avec un matériau traditionnel et l’autre avec un capteur optique. Le premier groupe était composé d’étudiants de 2ème année et le deuxième groupe de praticiens dits expérimentés. Seulement 30% des praticiens expérimentés ont préféré la technique digitale contre 60% des étudiants. De la même façon, 70% des étudiants ont trouvé la technique digitale plus efficace, contre seulement 40 % des praticiens expérimentés.

Cet article met en évidence le fait que le poids de l’habitude peut parfois contrecarrer le bénéfice de l’expérience. Il est difficile de remettre en question des protocoles qui « marchent ». Mais si l’évaluation d’un protocole doit prendre en compte son efficacité, elle devrait également intégrer d’autres facteurs tels que la possibilité de contrôler objectivement le résultat (grossissement de l’image sur l’écran de l’ordinateur pour l’empreinte optique), le confort du patient, la facilité d’archivage, la meilleure communication avec le laboratoire ou avec les confrères, etc.

Source :

Lee SJ, Macarthur RX 4th, Gallucci GO. An evaluation of student and clinician perception of digital and conventional implant impressions. J Prosthet Dent. 2013 Nov;110(5):420-3

Lire la suite

0 Commentaire

Publier un commentaire