Les complications chirurgicales augmentent la rentabilité des hôpitaux aux USA

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Google plus
  • Facebook
  • Twitter
  • PDF
  • Imprimer la page
Tout sur la gestion des risques médicaux
                et la sécurité du patient

Les complications chirurgicales augmentent la rentabilité des hôpitaux aux USA

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Google plus
  • Facebook
  • Twitter
  • PDF
  • Imprimer la page
0 Commentaire

Une étude qui fait suite à l’article sur le coût incroyable de la médecine dans le système US. Cette nouvelle étude montre que les hôpitaux américains n'investissent guère pour limiter les complications postchirurgicales. Et pour cause : ces complications augmentent la marge des établissements... de 330%.

Et si c’était tout aussi vrai en France ?

  • Chirurgien
Auteur : Pr. René Amalberti / MAJ : 09/09/2015

Etude publiée dans le JAMA : des résultats impressionnants

L’étude publiée dans le JAMA porte sur l’analyse rétrospective de tous les patients hospitalisés en 2010 dans 12 hôpitaux publics (non lucratifs) des USA. Une liste de 9 complications habituelles post chirurgicales et 10 complications majeures sont recherchées dans les dossiers, en calculant le coût réel estimé du séjour et les revenus nets de remboursements obtenus par les caisses d’assurances.

Les résultats sont impressionnants.
Sur les 34 256 séjours chirurgicaux analysés, 1 820 (5,3%) des patients ont subi au moins une complication post chirurgicale. Ces chiffres en eux-mêmes ne sont pas exceptionnels puisque tout à fait comparables à ceux de l’étude Européenne récemment publiée dans le Lancet et commentés sur ce site (5% de complications post chirurgicales toutes chirurgies confondues).

Les bénéfices tirés de ces complications sont incroyables, surtout pour les assurés américains qui relèvent de régimes privés.
Si l’on compare les cas avec complications avec les cas sans complication, la marge bénéficiaire moyenne nette supplémentaire des hôpitaux s’élève à $ 39 017 pour les cas compliqués.
En regardant les données de plus près, la marge nette des cas compliqués est de $55 953 quand les assurés sont couverts par un régime privé, et $16 936 quand ils relèvent de MEDICARE ou MEDICAID.

Ainsi, les patients ayant une couverture Medicare, le système fédéral d'assurance maladie pour les retraités, et connaissant une complication à la suite d'une intervention chirurgicale, génèrent une marge 190% plus élevée à l'hôpital où ils sont traités par rapport à ceux dont la procédure s'est bien déroulée.

Dans ce réseau d’hôpitaux, les assurances privées couvraient 45% des patients, Medicare couvraient 45% (15 406), Medicaid 4% (1 336), et 6% des patients n’avaient aucune assurance et ont payé de leur denier personnel (2 202).
La survenue de chaque complication supplémentaire a dégagé une marge supplémentaire nette de $ 7 435 à $8 084 par patient.

Atul Gawande, célèbre pour ses écrits sur la check-list, et co-auteur de cette étude conclut : « On savait déjà que les centres hospitaliers ne sont pas récompensés pour la qualité des soins dispensés mais on ignorait combien d'argent ils gagnaient quand leurs patients subissaient des préjudices ».

Pour aller plus loin

Source : Eappen S., Lane B., Rosenberg B., Lipsitz S., Sadoff D., Matheson D., Berry W., Lester M., Gawande A. Relationship Between Occurrence of Surgical Complications and Hospital Finances JAMA. 2013;309(15):1599-1606. doi:10.1001/jama.2013.2773.

Mon avis : un très beau papier dans un journal majeur. Un contenu démoralisant. Pour les directeurs des hôpitaux, faire des efforts pour réduire le taux des dix complications les plus courantes et évitables pourrait fortement dégrader leurs performances financières.

Lire l'article du JAMA en anglais

Le système de santé aux USA en perdition financière

0 Commentaire

Publier un commentaire