Que signifie l'acronyme « IPAQSS » ?

Tout sur la gestion des risques médicaux
                et la sécurité du patient

Que signifie l'acronyme « IPAQSS » ?

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Facebook
  • Twitter
  • Messages0
  • PDF
  • Imprimer la page

Si vous interrogez les paramédicaux dans les services hospitaliers sur la signification de l’acronyme IPAQSS, vous rencontrerez malheureusement encore trop peu de personnes qui seront en mesure de répondre à la question.
Et pourtant, voilà près de 4 ans que la Haute Autorité de Santé travaille sur ce dossier.
Historiquement, c’est en 2006 qu’a débuté ce processus en partenariat avec le ministère de la santé, avec le tableau de bord des infections nosocomiales. Parallélement à cette démarche, dès 2007, le ministère de la Santé a mis en ligne ces résultats sur PLATINES, PLATe forme d’INformations sur les Etablissements de Santé (www.platines.sante.gouv.fr).

  • Paramédical
Auteur : La Prévention Médicale / MAJ : 25/08/2015

Ces indicateurs vont être présentés non pas en fonction de leur importance, mais de leur chronologie d’apparition :

  • l’Indicateur Composite des Activités de Lutte contre les Infections Nosocomiales ou ICALIN est le premier à être publié, en 2004 ; son ancienneté permet de suivre l’évolution d’un établissement de santé dans le temps,
  • l’Indicateur de Consommation de Solutions Hydro-Alcooliques consommés ou ICSHA est le deuxième, en 2005,
  • la réalisation d’une SURVeillance des Infections du Site Opératoire ou SURVISO est le troisième indicateur publié, également en 2005,
  • l’Indice Composite de bon usage des AnTiBiotiques ou ICATB est la quatrième indicateur de ce tableau de bord et a été publié pour la première fois en 2006.

Ces 4 indicateurs explorent des domaines complémentaires dans la lutte contre les infections nosocomiales. S’appuyant sur les résultats de ces indicateurs, le ministère de la Santé a développé un score agrégé, afin de donner une grille de lecture plus aisée aux usagers. Ce score permet un affichage simplifié des indicateurs ci-dessus.
Ce score est sur 100, et chaque indicateur qui entre dans son calcul a un poids relatif : ICALIN 40%, ICSHA 30%, ICATB 20% et SURVISO 10%. En clair, ICALIN vaut au maximum 40 points, ICSHA 30, ICATB 20 et SURVISO 10.
Les indicateurs et le score sont également présentés en classes de performance, comme les appareils consommant de l’énergie ; en pratique :

  • la classe A montre que l’établissement est en avance dans la lutte des infections nosocomiales,
  • la classe E indique que ces structures sont en retard dans cette lutte,
  • les classes B, C et D correspondent à des établissements en situation intermédiaire,
  • la classe F correspond aux « non répondants ».

Enfin, depuis 2007, un dernier indicateur est apparu sur le tableau de bord : l’indice SARM ou Staphylococcus Aureus Résistants à la Méticilline, premier indicateur de résultat, mais qui n’a qu’une valeur indicative et qui n’entre pas dans le processus de classement des établissements.

Infections

C’est en 2008, après une phase de conception et d’expérimentation dans une centaine d’Etablissements de Santé volontaires, que l’on a initialisé sur le champ MCO (Médecine - Chirurgie - Obstétrique) les indicateurs qualité sur la prise en charge des patients.
A ce jour, ils sont au nombre de 5 :

  • Tenue du dossier patient  ou TDP : le score est calculé à partir de plusieurs critères (présence document médical d’admission, prescriptions médicamenteuses, Compte(s) Rendu(s) Opératoire(s), Compte Rendu d’Accouchement, dossier anesthésique, rédaction du traitement de sortie, compte rendu d’hospitalisation, dossier organisé et classé). La moyenne nationale était de 62.
  • Délai d’envoi du courrier de fin d’hospitalisation ou DEC : ce délai doit être inférieur ou égal à 8 jours. Cet indicateur est exprimé en pourcentage.
  • Traçabilité de l’évaluation de la douleur ou TRD : cet indicateur est exprimé sous forme de pourcentage, avec la trace dans le dossier patient de l’évaluation de la douleur. Le pourcentage moyen de dossiers conformes au niveau national est de 40%. Des efforts importants restent à faire dans ce domaine.
  • Dépistage des troubles nutritionnels ou DTN : c’est un indicateur en cohérence avec le Plan National Nutrition Santé (PNNS) qui préconisait de peser le patient hospitalisé et d’évaluer une éventuelle perte de poid, de calculer son indice de masse corporelle (IMC). La HAS ne donne pas moyenne nationale.
  • Tenue du dossier anesthésique ou DAN : cet indicateur se présente sous forme d’un score qualité, calculé à partir de critères. La moyenne nationale est de 67%.
Lutte infections

L’année 2009 a montré une amélioration dans l’implication des Etablissements de Santé à travers le taux de participation.
Cette même année, ce programme de généralisation des indicateurs qualité s’est étendu dans les services de Soins de Suites ou de Réadaptation (SSR), avec les mêmes éléments, hormis le dossier d’anesthésie, mais qui peut être remplacé (c’est optionnel) par la traçabilité de l’évaluation du risque d’escarre.
L’année 2010 a été marquée par l’itération du dispositif sur les champs MCO/SSR, et son extension à la psychiatrie et l’Hospitalisation A Domicile (HAD).
Ces indicateurs présentent plusieurs intérêts :

  • un suivi plus rapproché de la qualité des soins, puisque annuel, comparé à la certification,
  • une émulation dans les établissements de soins à progresser dans ces domaines, puisque les indicateurs évoluent dans le bon sens,
  • une possibilité complémentaire pour les usagers d’observer les progrès réalisés par les hôpitaux dans la qualité des soins.

Cette dynamique est positive pour notre système de santé, dynamique qu’il faut encourager car ils restent des marges de progression très importantes pour certains indicateurs.
Le coprs paramédical est directement concerné, car leur travail au quotidien permet de faire progresser l’évolution de ces indicateurs : tenue dossier patient, évaluation de la douleur, troubles nutritionnels… sans oublier la lutte contre les infections nosocomiales globalement. D'où l'intérêt pour le personnel soignant d'avoir connaissance de ce suivi d’indicateurs.
Au fait, avez-vous trouvé ce que veut dire IPAQSS ?
Indicateurs Pour l’Amélioration de la Qualité et la Sécurité des Soins

0 Commentaire

Publier un commentaire