Le premier rapport de la HAS sur les EIG

Tout sur la gestion des risques médicaux
                et la sécurité du patient

Le premier rapport de la HAS sur les EIG (évènements indésirables graves) révèle une très forte sous-déclaration

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Facebook
  • Twitter
  • Messages0
  • PDF
  • Imprimer la page
  • Le premier rapport de la HAS sur les évènements indésirables graves révèle une très forte sous-déclaration

La Haute Autorité de Santé (HAS) a publié son premier rapport sur les événements indésirables graves. Quel bilan peut-on déjà tirer aujourd'hui ?

  • Chirurgien
  • Médecin
  • Chirurgien-dentiste
  • Sage-femme
  • Paramédical
  • Patient
  • Vétérinaire
Auteur : Dr Marie-Christine MOLL, Directeur Scientifique de La Prévention Médicale / MAJ : 27/11/2018

Un taux de déclaration insuffisant

Le portail de déclaration a ouvert en mars 2017. La HAS est chargée de collecter et d’analyser les évènements indésirables qui y sont déclarés après leur traitement au niveau régional. Le dispositif concerne les évènements dont les conséquences sont "le décès, la mise en jeu du pronostic vital et la survenue probable d'un déficit fonctionnel permanent".

En un an, de mars 2017 à mars 2018, 1.870 déclarations ont été complétées sur le portail de signalement et 682 déclarations comportaient une analyse approfondie des causes. Finalement, la HAS a reçu seulement 288 déclarations complètes des agences régionales de santé (ARS).

Référence

Lire le rapport :

HAS, Rapport annuel d'activité 2017, Retour sur les événements indésirables graves associés à des soins (EIGS), Octobre 2018

Mieux se former à la déclaration et à l’analyse des EIG est un facteur important de la sécurité des soins : inscrivez-vous à notre formation e-learning en gestion du risque « Utilisation du retour d’expérience pour l’amélioration de la sécurité des soins : gestion des événements graves associés aux soins ».