Cancer de la langue découvert au cabinet dentaire

Tout sur la gestion des risques médicaux
                et la sécurité du patient

Cancer de la langue découvert au cabinet dentaire

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Facebook
  • Twitter
  • Messages0
  • PDF
  • Imprimer la page
  • chirurgien-dentiste, patient âgé

Un homme consulte son chirurgien-dentiste car il souffre de maux de dents...

  • Chirurgien-dentiste
Auteur : Dr Héléna DEHARVENGT, chirurgien-dentiste / MAJ : 12/09/2018

Cas clinique

  • Un homme (âge non précisé) consulte son chirurgien-dentiste car il souffre de maux de dents le 6 décembre 2011. La dernière visite chez ce praticien remontait au 27 janvier 1994. Le praticien constate un important délabrement dentaire et des dénudations radiculaires. Il propose l'extraction des dents 26, 38, 25,11 et 21, et pose un diagnostic de nécrose sur la dent 34.
  • Le 6 décembre 2011, la dent 26 est extraite.
  • Le 10 janvier 2012, la dent 38 est extraite.
  • Le 7 mars 2012, la dent 37 est extraite.
  • Le 28 mars 2012, les dents 11 et 21 sont extraites.
  • Le 18 avril 2012, le praticien procède à l'avulsion des dents 45 et 46, 47 et 48.
  • Le 16 mai 2012, le dentiste réalise le traitement canalaire des dents 33 et 34.
  • Le 3 juin 2012 une induration sub-linguale est mise en évidence. Le patient est adressé au service de stomatologie de l'hôpital.
  • Le 4 juin 2012, le patient consulte son médecin généraliste qui prescrit I.R.M. et scanner pour bilan de tuméfaction de la loge amygdalienne gauche et de la langue.
  • Le 17 juin 2012, une biopsie est réalisée au CHU. L'examen met en évidence un carcinome épidermoïde.
  • Le 26 juin 2012, le patient bénéficie d'une endoscopie oeso-gastro-duodénale ne montrant aucune lésion.
  • Le 1er juillet 2012 une glossectomie totale avec évidement cervical fonctionnel bilatéral est réalisée.
  • Le 4 août 2012, le patient est adressé pour une rééducation par kinésithérapie et orthophonie pour pallier aux difficultés de phonation et d’alimentation.
  • Le 3 février 2013, il est retrouvé une métastase sus-claviculaire.
  • En février 2013, sont mis en place des traitements par radiothérapie et chimiothérapie qui s'achèveront en mai 2013.

Assignation du chirurgien-dentiste pour retard de diagnostic.

 

Analyse

Ce matériel est réservé à un usage privé ou d'enseignement. Il  reste la propriété de la Prévention Médicale, et ne peut en aucun cas faire l'objet d'une transaction commerciale.

Télécharger l'exercice (pdf - 28.46 Ko)

  1. Lisez en détail le cas clinique.
  2. Oubliez quelques instants cette observation et rapportez-vous au tableau des barrières, identifiez les barrières de Qualité et sécurité que vous croyez importantes pour gérer, au plus prudent, ce type de situation clinique. Le nombre de barrières n’est pas limité.
  3. Interrogez le cas clinique avec les barrières que vous avez identifiées en 2 ; ont-elles tenu ?
  4. Analysez les causes avec la méthode des Tempos.

Télécharger l'analyse des barrières de prévention (pdf - 283.60 Ko)

Résultat de l’expertise

L’expert judiciaire a conclu que l’important délabrement dentaire étant compatible avec les symptômes décrits, le retard de diagnostic n’était pas fautif.

Il est vraisemblable que dans cette situation clinique, tout praticien aurait proposé une réhabilitation buccodentaire sans suspecter une lésion maligne.

Dans ce dossier, nous ignorons si le questionnaire médical avait été mis à jour après la longue période sans soins. Cette mise à jour aurait peut-être permis de révéler des facteurs de risque. Il faut souligner toutefois que si nos patients déclarent aisément la consommation de tabac il n’en est pas de même en en ce qui concerne la consommation d’alcool.

Les facteurs de risques sont parfois cachés, notamment lorsque nos patients n’ont pas conscience de leur importance.

L’examen complet des muqueuses et notamment des zones postérieures de la langue n’est pas une pratique systématique. Le praticien doit saisir la pointe de la langue entre le pouce et l'index sur une compresse et tracter la langue en avant, déplisser, et palper l’ensemble des muqueuses [17]. Ce ne sont pas des gestes habituels pour un chirurgien-dentiste. Ce cas clinique nous rappelle qu’un examen régulier et intégral de la muqueuse buccale est souhaitable.

Références

1.            ANAES, LE DOSSIER DU PATIENT EN ODONTOLOGIE, 2000.

2.            GORIN, C., et al., Le questionnaire médical en odontostomatologie : nécessité, applications, obligations. Actual. Odonto-Stomatol., 2011(253): p. 19-37.

3.            BONDIL, G. Le dossier médical du chirurgien-dentiste. 2017  [cited 2017; Available from: https://www.macsf-exerciceprofessionnel.fr/Responsabilite/Humanisme-deontologie/le-dossier-medical-du-chirurgien-dentiste.

4.            Radoï, L., Epidémiologie des cancers de la cavité buccale. Information Dentaire, 2016.

5.            EJEIL, A.-L. and S.-M. DRIDI, Ulcération unique : démarche diagnostique. Rev Odont Stomat, 2011.

6.            Le dépistage précoce du cancer buccal. Journal dentaire du Québec, 2004.

7.            Renaudon, A., et al., Prévalence et topographie des lésions de la muqueuse buccale : à propos de 256 biopsies. Actual. Odonto-Stomatol., 2013.

8.            Vigarios, V., Formes cliniques des cancers de la cavité buccale. Information Dentaire, 2016.

9.            Lombardi, T. and J. Samson, La biopsie en chirurgie buccale. Information Dentaire, 2016.

10.          Reychler, H. and B. Weynand, Dépistage et diagnostic des lésions précancéreuses de la muqueuse orale. Rev Stomatol Chir Maxillofac, 2010. 111(4): p. 203-207.

11.          H.A.S., Annoncer une mauvaise nouvelle (Rapport). 2008.

12.          médicale, L.p. La méthode des Tempos 2015; Available from: https://www.prevention-medicale.org/Chiffres-et-Methodes-de-prevention/Methodes-de-prevention/Approche-par-processus/methode-tempos.

13.          HAS, Classification des évènements indésirables associés aux soins (EIAS) rencontrés hors établissement de santé. 2015.

14.          Amalberti, R. and J. Brami, 'Tempos' management in primary care: a key factor for classifying adverse events, and improving quality and safety. BMJ Qual Saf, 2012. 21(9): p. 729-36.

15.          Galam, E., Systèmes, tempos et complexité. 2012.

16.          Fricain, J.C., L'annonce du diagnostic de la lésion cancéreuse au cabinet dentaire. Information Dentaire, 2016.

17.          Maladière, E. and C. Vacher, Examen clinique en stomatologie. EMC, 2008.


0 Commentaire

Publier un commentaire