Eventration après castration d’un étalon de pure race espagnole

Tout sur la gestion des risques médicaux
                et la sécurité du patient

Eventration après castration d’un étalon de pure race espagnole

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Facebook
  • Twitter
  • Messages0
  • PDF
  • Imprimer la page
  • Etalon de pure race espagnole

Un étalon de pure race espagnole âgé de 16 ans mais « chaud » et dominant vis-à-vis de ses congénères avec lesquels il est nouvellement amené à cohabiter, a l’habitude de beaucoup galoper spontanément quand il est mis au paddock. Pour cette raison, son maître entreprend de le faire castrer.

  • Vétérinaire
Auteur : Dre Vre Michel BAUSSIER / MAJ : 24/10/2018

Cas clinique

  • Un étalon de pure race espagnole âgé de 16 ans mais « chaud » et dominant vis-à-vis de ses congénères avec lesquels il est nouvellement amené à cohabiter, a l’habitude de beaucoup galoper spontanément quand il est mis au paddock.
  • Son jeune cavalier, propriétaire, souhaite, en raison du tempérament de son cheval et aucunement pour des raisons médicales, le faire castrer.
  • Il est présenté pour castration au praticien.
  • Un contexte de relations amicales avec le vétérinaire conduit à réduire le formalisme des explications habituellement données au préalable.
  • En particulier les différentes techniques de castration et leurs risques respectifs ne sont pas présentés.
  • L’intervention est réalisée sous anesthésie générale fixe sur le cheval couché au pré.
  • La technique adoptée est une technique à testicules découverts / cordons couverts, sans ligature surajoutée à l’écrasement de (très) longue durée (25mn) par l’émasculateur.
  • L’intervention se déroule normalement. Le cheval se réveille tout aussi normalement et se relève rapidement.
  • Il est immédiatement remis au paddock avec ses congénères sur autorisation du praticien.
  • Moins de deux heures plus tard, une éviscération inguinale se produit.
  • Les intestins extériorisés se trouvent souillés et lésés.
  • Le praticien est rappelé, il revient en urgence et tente en vain le traitement de l’état de choc et la réduction chirurgicale, le cheval mourant rapidement lors de la mise en œuvre de cette seconde opération.
  • La responsabilité civile professionnelle du praticien a été mise en cause, une décision de justice l’a reconnu responsable.

L’événement indésirable grave (EIG) est constitué par la complication connue de hernie inguinale avec éviscération, ayant entraîné des lésions et souillures intestinales graves, suivie de la mort de l’animal.

Analyse des barrières

Télécharger l'exercice (pdf - 28.46 Ko)
  1. Lisez en détail le cas clinique.
  2. Oubliez quelques instants cette observation et rapportez-vous au tableau des barrières, identifiez les barrières de Qualité et sécurité que vous croyez importantes pour gérer, au plus prudent, ce type de situation clinique. Le nombre de barrières n’est pas limité.
  3. Interrogez le cas clinique avec les barrières que vous avez identifiées en 2 ; ont-elles tenu ?
  4. Analysez les causes profondes avec la méthode ALARM.

Télécharger l'analyse des barrières de prévention (pdf - 196.46 Ko)

Le jugement (motifs)

« Il appartient au vétérinaire débiteur de l’obligation d’information de prouver que celle-ci a bien été donnée, ce qui n’est pas le cas en l’espèce…

Ni la qualité de l’acte chirurgical ni la technique utilisée pour la castration ne sont en cause, l’expert notant que la castration a été réalisée dans les règles de l’art.

Il est néanmoins démontré que le Docteur Z a également manqué à son devoir de prudence et de vigilance en laissant le cheval en liberté au paddock, en présence d’autres chevaux susceptibles de l’énerver tandis qu’il était décrit comme « chaud », alors qu’il aurait été prudent ou de plus heureuse initiative comme le souligne l’expert, de le ramener au calme dans un box, au moins pour les premières 24 heures. »

Propositions d'actions préventives

  • L’information préalable du propriétaire ou du détenteur de l’animal sur les techniques de castration, sur celles habituellement pratiquées par le praticien et sur les risques encourus est aujourd’hui essentielle. Elle est incontournable. Elle gagne à être formalisée par écrit. Le consentement écrit, ainsi éclairé, gagne à être recueilli par le praticien. Ce nécessaire formalisme paraît de plus en plus important, particulièrement en pratique équine.

  • La formation continue vétérinaire est disponible. La Société Nationale des Groupements Techniques Vétérinaires (SNGTV) et surtout l’Association Vétérinaire Equine Française (AVEF) pour ce qui concerne le cheval fournissent aux praticiens toute l’information et la formation utiles. Le vétérinaire trouvera auprès de ces organisations professionnelles vétérinaires techniques, toutes les recommandations à avoir présentes à l’esprit.

  • Ainsi, sur la castration, informations, documents de consensus et formulaires  sont librement et gracieusement accessibles à tous les praticiens sur le site de l’AVEF : http://www.avef.fr/index.php/commissions/chirurgie/225-consensus-castration

Le praticien y trouvera, à la suite d’une conférence d’évaluation –sorte de conférence de consensus- qui s’était tenue en 2003, le texte des experts, la synthèse du jury et une note d’information et consentement préalable à la castration.


0 Commentaire

Publier un commentaire