Mort d’une vache à l’issue d’une césarienne laborieuse et dantesque

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Google plus
  • Facebook
  • Twitter
  • Imprimer la page
Tout sur la gestion des risques médicaux
                et la sécurité du patient

Mort d’une vache à l’issue d’une césarienne laborieuse et dantesque

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Google plus
  • Facebook
  • Twitter
  • Imprimer la page
0 Commentaire

Elle extériorise son rumen et ses intestins puis elle se couche sur ses organes ainsi extériorisés. 

  • Vétérinaire
Auteur : Dr Vre Michel BAUSSIER / MAJ : 09/05/2017

Cas clinique

  • Une vache de race Aubrac âgée de 13 ans présente un vêlage dystocique : elle fait des efforts improductifs. L’éleveur appelle son vétérinaire qui intervient rapidement sur l’exploitation.
  • Celui-ci diagnostique une torsion utérine. Les manœuvres de réduction, réduction manuelle d’abord, puis par roulage de l’animal ensuite, échouent et la césarienne est décidée.
  • La technique classique sur vache debout par laparotomie du flanc gauche est mise en œuvre, avec l’espoir de réduire la torsion par l’incision de laparotomie avant l’hystérotomie proprement dite. La réduction s’avèrera en fait impossible une nouvelle fois.
  • La parturiente est à la fois agitée et agressive, blessant le vétérinaire (coup de pied dans le genou). Un sédatif à base de xylazine lui est administré par voie intraveineuse.
  • Elle présente des efforts expulsifs persistants liés à l’œdème du col utérin.
  • A peine la ponction utérine est-elle initiée que de violents efforts expulsifs conduisent à l’extériorisation du rumen et d’une partie de l’intestin grêle.
  • Une ruminotomie est immédiatement pratiquée pour extraire le volumineux contenu ruminal afin de faciliter la réintroduction des viscères dans l’abdomen.
  • Au cours de la suture du rumen, la vache se couche du côté gauche, sur la plaie opératoire, conduisant à une souillure massive des viscères, tiraillés et lésés.
  • Les opérations suivantes sont dès lors réalisées : repositionnement correct de l’animal, lavage antiseptique, hystérotomie et extraction du fœtus mort, antibiothérapie locale, sutures, réintroduction des organes ectopiés dans l’abdomen, sutures de l’abdomen…
  • Il est constaté des lésions importantes du tube digestif à la jonction mésentérique. Les liquides abdominaux apparaissent très sanguins, évoquant un processus hémorragique en cours. Le pronostic est désespéré.
  • La vache meurt au moment de l’achèvement de la suture cutanée.
  • Son autopsie n’est pas réalisée.
  • L’éleveur mettra en cause la RCP du praticien, lui reprochant notamment de ne pas avoir cherché à supprimer par des médicaments appropriés les efforts expulsifs intenses de l’animal, à l’origine de son décubitus. Il lui reproche aussi d’avoir inopportunément opté pour la vidange du rumen aux fins de faciliter sa réintégration dans la cavité abdominale.

Les deux événements indésirables graves sont l’éviscération partielle (rumen et intestin grêle) sous l’effet des efforts expulsifs et le décubitus peropératoire spontané de la vache sur sa plaie de laparotomie, le second événement étant consécutif au premier et majeur.

Proposition d’actions

  • Rappeler aux vétérinaires que l’opération césarienne sur la vache, bien que banale, est d’un pronostic plus réservé lors de certaines torsions utérines irréductibles, surtout si elles sont accompagnées d’efforts expulsifs.
  • Ils doivent au moins en avertir l’éleveur avant d’opérer.
  • Retenir l’importance du rôle de la personne qui assure la contention de la tête et de l’encolure dans le cas d’une contention classique en position debout.
  • En cas de tendance aux efforts expulsifs, l’hystérotomie et l’extraction du fœtus doivent intervenir très rapidement après la laparotomie, effectuée le cas échéant par une plaie d’abord réduite et au besoin à agrandir in extremis au moment de l’extériorisation du fœtus.

0 Commentaire

Publier un commentaire