Tout sur la gestion des risques médicaux
                et la sécurité du patient

Lexique

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Google plus
  • Facebook
  • Twitter
  • Imprimer la page

Anoxie

Suppression de l'apport d'oxygène au niveau de cellules et des tissus

Cholecystemie

La cholécystectomie consiste en l'ablation de la vésicule biliaire par technique chirurgicale. La vésicule biliaire stocke la bile et l'évacue au niveau du duodénum pour intervenir dans le processus de digestion, mais la vie sans vésicule biliaire est tout à fait normale. La cholécystectomie est pratiquée en cas d'affection de la vésicule biliaire, comme la cholécystite aiguë, l'angiocholite, une tumeur des voies biliaires ou une malformation de la vésicule. La plupart des cholécystectomies se pratiquent dorénavant sous cœlioscopie, limitant la cicatrice ou sinon par une incision plus large ouvrant une partie de l'abdomen, la laparotomie.

Eig (événement indésirable grave)

Les événements indésirables sont considérés comme ayant un caractère de gravité (événement indésirable grave, EIG) « à partir du moment où ils sont cause d’hospitalisation ou ils entraînent une prolongation de l’hospitalisation, une incapacité à la sortie de l’unité ou un risque vital. »
Cette définition rejoint celle de l'URCAM Poitou Charentes : un effet indésirable grave est un effet ayant entraîné :

  • une hospitalisation ou une prolongation de l'hospitalisation du patient ;
  • une incapacité ou une invalidité permanente du patient ;
  • la mise en jeu du pronostic vital du patient ;
  • une anomalie congénitale pour la descendance du patient ;
  • ou le décès du patient.

Global trigger tools (gtt)

Cette méthode repose sur une analyse rapide (quelques minutes) d’une série de dossiers tirés au hasard chaque mois dans le service de soins. Chaque dossier n’est évalué que sur les critères recherchés relatifs aux signaux d’alertes d’EIG (« triggers »). Une fois les dossiers à risques isolés, une analyse plus fine permet de détecter les EIG les plus habituels.

La méthode vient des USA où elle a été appliquée à tous les risques médicaux avec un succès constant. L’analyse de risques par les « triggers tools » peut être informatisée et systématisée si l’on dispose de dossiers patients informatisés.