Tout sur la gestion des risques médicaux
                et la sécurité du patient

Accréditation et certification des hôpitaux, systèmes normes ISO et indicateurs

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Facebook
  • Twitter
  • Messages0
  • Imprimer la page

2014 - Association Between Imposition of a Maintenance of Certification Requirement and Ambulatory Care–Sensitive Hospitalizations and Health Care Costs JAMA

20/08/2015

Gray B., Vandergrift J., Johnston M., Reschovsky J., Lynn L., Holmboe E., McCullough J., Lipner R., Association Between Imposition of a Maintenance of Certification Requirement and Ambulatory Care–Sensitive Hospitalizations and Health Care Costs JAMA. 2014;312(22):2348-2357.

Résumé

L’American Board of Internal Medicine  (ABIM) a mis fin à la certification à vie des médecins en 1990 et l’a remplacé par une formule de certification à renouveler tous les 10 ans (maintenance of certification, MOC). Depuis, peu de recherches ont essayé de croiser le MOC avec le résultat sur les patients.
Etude comparative entre deux groupes de médecins : l’un certifié en 1991 en suivant le MOC, avec 84215 médecins (Groupe MOC),  et l’autre certifié en 1989 sue la base d’une solution plus souple de MOC avec 69830 médecins (groupe PRE-MOC). On compare les groupes sur les résultats obtenus avec leurs patients respectifs sur des critères de qualité (hospitalisations évitables – ambulatory care-sensitive hospitalizations ACSH la mesure a été développée par l’ARHQ (l’agence de la Qualité US),  coût des soins préconisés ajustés aux valeurs 2013, et autres critères de qualité des soins. Les indicateurs sont suivis sur des cohortes de patients via les données medicare sur une période de 5 ans
Les résultats ne sont pas très probants. Le taux d’hospitalisation inutile est resté proche voire légèrement augmenté (37/1000 patients pre MOC vs 37,9/1000 patients post MOC) mais a baissé pour le coût des prises en charge par patient ($ 7793 avant vs $ 7633 après, 95% CI, 270-93  P=.002).

Mon avis

Protocole complexe à suivre (peu détaillé dans papier); les bénéfices sont limités mais réels (2%) pour le coût de la santé  et non démontrés pour le résultat sur le patient, comme si la certification obligeait les médecins à se plier à des formats plus imposés de prescription avec un bénéfice médico économique, mais sans que cela soit significatif sur le résultat clinique.