Tout sur la gestion des risques médicaux
                et la sécurité du patient

Accréditation et certification des hôpitaux, systèmes normes ISO et indicateurs

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Facebook
  • Twitter
  • Messages0
  • Imprimer la page

2015 - Critique de la théorie de mauvaises pommes

20/08/2015

Dekker S., Leveson N., The bad apple theory won’t work, BMJ Qual Saf 2014, 23, 12, 1050

Résumé

Réaction à la réponse de Levit (ci-dessus)
Une critique de la théorie de mauvaises pommes (des médecins dangereux) basée sur la statistique, en soulignant les limites d’une vision qui partirait d’une hypothèse neutre où toutes les erreurs se répartirait en théorie à part égale entre médecins, et que ceux qui en ont plus seraient dangereux. Les auteurs arguent que l’hypothèse de départ est fausse, les médecins ne sont pas exposés au même risque d’erreur (lieu de travail, patientèle, sensibilité médico juridique des patients, etc.). la mesure par des plaintes est forcement biaisée. Si on corrigeait les données d’erreur par les caractéristiques de l’exercice médical, on aurait peut être d’autres résultats. Certes les Européens ont pris des initiatives pour établir une liste noire des médecins ayant des déficiences mentales, et c’est pas illogique, mais qui a formé ces médecins, qui les a recruté, qui leur a parlé sur les risques, qui les a autorisés…le Système à priori…et le collectif qui a une responsabilité évidente dans le maintien de ces médecins à risques. Du coup la réponse n’est pas comment éliminer ces médecins après coup, mais quelle responsabilité collective nous avons à les laisser entrer dans le système.

Mon avis

Une bon argument, dans une polémique forcément non épuisée par ces passes d’arme.