Tout sur la gestion des risques médicaux
                et la sécurité du patient

Accréditation et recertification des médecins : détection des médecins à risque

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Facebook
  • Twitter
  • Messages0
  • Imprimer la page

2015 - Des journalistes américains proposent une méthode universelle du score individuel du risque associé aux chirurgiens.

02/05/2016

Pierce, O. Allen M. ProPublica , Assessing surgeon-level risk of patient harm during elective surgery for public reporting 

Résumé

Des journalistes US aidés de médecins d’Harvard et de John Hopkins University proposent une méthode universelle de calcul du score individuel du risque associé aux chirurgiens. Les résultats sont destinés aux indicateurs publics et aux patients.
La méthode repose sur l’utilisation des données publiques de medicare et notamment des codes de facturation des actes médicaux imputés par les cliniques ou les chirurgiens libéraux (chez nous ce serait les données du SNIIRAM, la base publique de la sécurité sociale). La base croise les actes chirurgicaux déclarés à medicare avec le devenir médical individuel de chaque patient dans les 5 ans qui suivent (croisement des bases de facturation médicale et de consommation des soins par les patients pendant les 5 ans).
Inclusion de 2000 hôpitaux et de tous les patients qui ont subi une intervention (vésicule, prostate, hernie discale, prothèse hanche et genou) entre 2009 et 2013.
Les données sont corrigées en prenant en compte un score de santé du patient pre-op (reconstruit avec ses données publiques), la mortalité hospitalière et le taux de réadmission à 30 jours (pour prendre en compte la sévérité des pathologies).
Les 10 complications les plus fréquemment observées sont dans l’ordre : les infections post op, les embolies, les infections sur prothèses, les complications mécaniques sur prothèses (débricolage), les septicémies, les chutes et fractures sur prothèses, les hématomes, post op, les hématomes de points de ponction, les douleurs aigues, les complications digestives.
Sans surprise, on observe une grande variation selon les hôpitaux et les chirurgiens. Mais, avec ce calcul pondéré, aucun hôpital ne ressort extrêmement brillant, ou extrêmement catastrophique. Les variations restent significatives mais tout de même limitées. De même, les variations après ajustement pour le risque individuel des chirurgiens donnent une amplitude maximale constatée de 50% de mieux ou moins bien par rapport à la moyenne.
Plus intéressant, ou plus surprenant, la dispersion des résultats des chirurgiens, deux tiers des hôpitaux (pas nécessairement donc parmi les plus mauvais) ont dans leurs effectifs au moins un chirurgien sous performant.
Parmi les meilleurs prédicteurs en corrélation avec le résultat de la base on trouve dans :
• L’habilité du chirurgien évalué insuffisante par les pairs
• La non adhésion aux bonnes pratiques
• Les petits volumes d’activité

Mon avis

Assez convaincant et en lien avec d'autres initiatives.