Tout sur la gestion des risques médicaux
                et la sécurité du patient

Accréditation et recertification des médecins : détection des médecins à risque

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Facebook
  • Twitter
  • Messages0
  • Imprimer la page

1999 - Perception des bonnes pratiques au Royaume-Uni

29/04/2016

Hutchinson A, Williams M, Meadows RS, et al. Perceptions of good medical practice in the NHS: a survey of senior health professionals. Qual Health Care 1999;8:213–18.

Résumé

Pour mieux caractériser les mauvais médecins, l’étude part de l’opposé et de ce que sont les perceptions par les pairs de bonnes pratiques.
Questionnaire sur ce sujet rempli par les médecins de différentes organisations : CHU, Autorités et ministère, comités médicaux locaux, et ordres médicaux régionaux (community health council).
Résultats : la majorité des réponses suggère que les déficiences en diagnostic, en conduite thérapeutique et en prescription devraient être plutôt l’objet d’un coaching personnalisé local, avec un signalement éventuel au General Medical Council, (rappelons que le GMC à cette époque venait de développer un nouveau pan de mesures pour le suivi des performances médicales – GMC=L’OdM au Royaume Uni). Des mécanismes informels de type discussions avec le collègue, reformation, éducation, formation en double, sont le plus souvent cités comme efficaces. A noter que les comportements inadaptés sont plus souvent la cause d’entrée dans le processus de questionnement sur la compétence que des manquements techniques.

Mon avis

Quelques bons points dans cet article, notamment le fait que les comportements adaptés (jugement du client ou des pairs) sont la première source de questionnement sur la performance du médecin, bien avant l'évidence de problèmes de manque de connaissances avéré.