Tout sur la gestion des risques médicaux
                et la sécurité du patient

Accréditation et recertification des médecins : détection des médecins à risque

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Facebook
  • Twitter
  • Messages0
  • Imprimer la page

2017 - Que faire devant un confrère peu professionnel ?

25/10/2017

Wong B., Ginsburg S. Speaking up against unsafe unprofessional behaviours: the difficulty in knowing when and how, BMJ Quality and Safety, On line first

Résumé

Des médecins de Toronto proposent dans cet éditorial une discussion sur quelle attitude adopter et « comment le dire » quand on voit un confrère peu professionnel, particulièrement quand il s’agit d’un junior qui voit un senior peu performant.

On sait ces situations difficiles, d’abord parce qu’elles sont toujours un peu subjectives, ensuite parce que le lien entre professionnalisme et sécurité du patient n’est pas très clair et que l’on a sans doute trop dit dans les dix dernières années que les causes d’EIG sont surtout liées « au système » plutôt qu’aux individus.

Mais la sécurité des patients évolue de la culture de « pas de sanction » vers la promotion d'une « culture juste ». Une culture juste reconnaît que les professionnels individuels ne devraient pas être tenus pour responsables des erreurs qu'ils commettent dans un système mal conçu ;  mais ces  professionnels doivent aussi être tenus responsables de leurs choix et de leurs actions indépendamment des lacunes du système. On peut distinguer des comportements à risque et des comportements imprudents. Dans les exemples de comportements « à risque », on a par exemple les raccourcis  excessifs, ou le fait de ne pas remplir certaines tâches cliniques importantes en temps opportun. Les « comportements imprudents » renvoient à des questions de manque avéré de professionnalisme (par exemple, le « médecin perturbateur » ou la falsification des dossiers de soins aux patients).

Il reste la question de « comment mieux répondre à ces cas ». Comme toute autre intervention, les auteurs ne préconisent pas une approche « unique pour tous », mais la clé dans tous les cas est de verbaliser le problème à voix haute en choisissant son moment et la forme. Certaines formations existent pour ce savoir faire, notamment TeamSTEPPS et son module CUS (Concern, Uncertain, Safety) qui indique quand prendre la parole et comment se comporter devant de tels comportements.

Mon avis

Mon avis : séduisant sur le titre mais un peu décevant dans le contenu.