Tout sur la gestion des risques médicaux
                et la sécurité du patient

Consultations par téléphone,distractions, interruptions, mail et nouveaux médias

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Facebook
  • Twitter
  • Messages0
  • Imprimer la page

2012 - Impact des interruptions

12/08/2015

Westbrook J., Coiera E., Dunsmuir T., Brown B., Kelk, N., Paoloni, R., Tran C.  The impact of interruptions on clinical task completion Qual Saf Health Care 2010 19: 284-289

Résumé

Observation 6 mois de 44 docteurs-dont 21 internes- travaillant dans un service d’urgence d’un hôpital de 400 lits. 40 docteurs sur les 44 ont finalement accepté l’observation (91% du staff total) et ont été observés sur une durée de 21045 heures de travail en semaine ! L’étude parle d’un  seul chercheur qui aurait effectué au total 131 observations d’1,6heure soit le total de 21,000 heures.

Les auteurs mesurent le temps impliqué dans les tâches professionnelles  imposées (TOT Time on Task) et le nombre d’interruptions, et font un ratio. Quatre types de tâches rendent comptent de 80% de l’activité de ces médecins : les soins sur le patient, les soins indirects (prescriptions, etc.) ; les activités de coordination dans l’équipe, et la traçabilité administrative des actes.

Les médecins sont interrompus 6.6 fois par heure, avec 11 % des tâches interrompues. Les médecins ayant plusieurs fonctions sont interrompus encore plus souvent, dans 12,8% de leur temps de soin. Les interruptions s’associent à un allongement significatif du temps total du soin, mais si l’on ajuste avec le temps réellement passé dans le soin, c’est plutôt une accélération de la période de soin qui suit l’interruption.  Les auteurs en concluent que les stratégies des médecins dans leur tâche professionnelle varient probablement en fonction de ce que ces médecins au risque d’exposition aux interruptions... Les docteurs ne sont pas revenus à leur soin en cours après l’interruption dans 18,5% des cas.

Mon avis

Très bon article, très complet sur les chiffres et bon sur la méthode. On regrettera simplement qu’il n’y ait aucune analyse des raisons des interruptions…