Tout sur la gestion des risques médicaux
                et la sécurité du patient

Consultations par téléphone,distractions, interruptions, mail et nouveaux médias

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Facebook
  • Twitter
  • Messages0
  • Imprimer la page

2016 - Que faire de son smartphone en entrant au bloc ?

01/04/2016

Irving A. Policies for the Use of Personal Mobile Devices in Surgical Suites, PSQH Patient Safety & Quality healthcare, Published on Wednesday, 10 February 2016 16:30

Résumé

L’utilisation des téléphones dans les blocs est un risque évident, déjà largement considéré dans les recommandations. Le collège de chirurgie US a produit un texte avec 10 recommandations en 2008 (1) l’utilisation non réglée de téléphone au bloc est dangereuse, (2) les chirurgiens devraient se concentrer sur le patient à opérer et pas sur des distracteurs, (3) les téléphones ne doivent pas interférer avec les monitorages divers, (4) les appels devraient être triés et vraiment réduits à l’extrême urgence, (5) les appels devraient être renvoyés automatiquement vers le PC bloc, et non la salle, (6) dans la majorité des cas, un répondeur suffit, (7) Un signal particulier à l’urgence devrait être associé à des numéros d’appels, (8) attention à ne pas contaminer le champ avec les téléphones et les écouteurs, (9) les mêmes recommandations s’appliquent aux interphones filaires du bloc, (10) on ne devrait pas autoriser, sauf cas très particulier, de photos avec les cellulaires au bloc.
Dans la réalité, l’article repère trois cas :
Cas 1 : aucune politique n’existe au bloc en regard de ces téléphones : très dangereux, car tous les acteurs finissent par consulter leur smartphone, à traiter en urgence au conseil de bloc pour adopter une politique de cas 2 ou 3 ;
Cas 2 : la politique interne autorise uniquement les appels urgents : il faut dans ce cas bien se mettre d’accord sur l’urgence, et inviter par exemple à adopter une sonnerie spéciale pour répérer les appels d’une ligne dédiée et uniquement dédiée aux urgences ; il faut par ailleurs imposer le « mode silence » pour toutes les personnes.
Cas 3 : les appels ne sont plus reçus dans la salle mais en arrière au bureau, et très sévèrement triés, idéal, mais nécessite un travail important de police, de présence arrière et de conviction.

Mon avis

Un article plein de bonnes résolutions.