Tout sur la gestion des risques médicaux
                et la sécurité du patient

Coûts de la non qualité, effet du paiement à la performance

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Facebook
  • Twitter
  • Messages0
  • Imprimer la page

2013 - Coût des infections chirurgicales

13/08/2015

Shepard J., Ward W., Milstone A. ? Carlson T., Frederick J., HAdhazy E., Perl T., Financial Impact of Surgical Site Infections on Hospitals, JAMA Surg. 2013;148(10):907-914.

Résumé

Les infections augmentent le coût chirurgical, mais paradoxalement profitent aux hôpitaux.

Étude dans 4 CH et CHU du réseau de John Hopkins (229 à 946 lits)  de tous les patients admis en chirurgie entre Janvier 2007 et décembre 2010. Codage des infections par la facturation des actes CIPS, et par des infectiologues formés aux définitions des infections de la National Healthcare Safety Network.

L’étude compare les patients infectés avec les patients non infectés quand au coût  de leur hospitalisation, leur durée de séjour, leur taux de réadmission à 30j. On calcule aussi le coût réel pour l’hôpital.

Les données confirment ces écarts : 10,56 jours d’hospitalisation au lieu de 5,64 sans infection, 51,94% de réadmission au lieu de 8,19%. L’écart financier associé au coût hospitalier des patients infectés par rapport aux patients sans complication infectieuse se montait à $2.268.589 de frais supplémentaires. Mais ce chiffre reflète imparfaitement le bilan comptable, car les hôpitaux touchent aussi plus d’argent pour ces patients infectés sur leur prise en charge plus complexe.

Mon avis

Un bon article, l’infection coûte cher à tous les sens du mot, mais les efforts sont sûrement pénalisés par la T2A où son équivalent qui encourage à avoir des patients lourds pour la facturation.