Tout sur la gestion des risques médicaux
                et la sécurité du patient

Coûts de la non qualité, effet du paiement à la performance

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Facebook
  • Twitter
  • Messages0
  • Imprimer la page

2019 - Pas d’impact positif des malus donnés aux hôpitaux US déclarant des infections évitables

10/10/2019

Sankaran, R., Sukul, D., Nuliyalu, U., Gulseren, B., Engler, T. A., Arntson, E., ... & Ryan, A. M. (2019). Changes in hospital safety following penalties in the US Hospital Acquired Condition Reduction Program: retrospective cohort study. bmj366, l4109.

Résumé

Etude de l’impact des malus donnés aux hôpitaux US déclarant des infections évitables dans le cadre du programme de lutte contre les infections (dans le cadre de l’US Hospital Acquired Condition Reduction Program -HACRP).

3238 hôpitaux aigus inclus avec tous les patients relevant du système national MEDICARE (pris en charge gratuitement) entre juillet 2014 et novembre 2016, et ayant pu présenter une condition infectieuse associée à leur séjour hospitalier (15.470.334)

724 hôpitaux ont été pénalisés dans l’année 2015, 708 sont inclus dans l’étude. Le taux de patients concerné ayant eu des infections dans les hôpitaux pénalisés est de 2,72/1000 vs 2,06/1000 dans les hôpitaux non pénalisés. Le taux de réadmission à 30 jours diffère peu (14,4% vs 14%) et le taux de mortalité à 30j est identique (9%)

Les hôpitaux pénalisés sont plutôt plus grands que ceux non pénalisés, et surtout reçoivent nettement plus de patients plus modestes (CSP, niveau de vie).

L’amélioration au fil du temps des hôpitaux pénalisés n’est pas non plus significative avec un taux variant seulement de -0.16 /1000 dans le temps, -0,36 % pour la ré-hospitalisation, et -0,04% pour la mortalité à 30j

Sur le bilan, le programme de réduction des infections avec des malus incitatifs ne prouve pas son efficacité, mais par contre augmente le risque des inégalités en faisant que ces hôpitaux pénalisés refusent ou négligent les patients de conditions trop modestes et à sur risque pour s’éviter d’être pénalisés

Mon avis

Mon avis : une confirmation que les malus marchent encore plus mal que les bonus en P4P.