Tout sur la gestion des risques médicaux
                et la sécurité du patient

Coûts de la non qualité, effet du paiement à la performance

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Facebook
  • Twitter
  • Messages0
  • Imprimer la page

2015 - Programmes P4P américains

28/10/2015

Kahn III C., Ault T., Potetz L., -Walke T., Hart Chambersand J., Burch S. Assessing Medicare's Hospital Pay-For-Performance Programs And Whether They Are Achieving Their Goals, Health Affairs, 34, no.8 (2015):1281-1288

Résumé

Trois programmes de P4P sont actuellement utilisés aux USA sur 3400 hôpitaux MCO publics et privés (exclusion des hôpitaux des Veterans, hôpitaux pédiatriques, et des hôpitaux des réserves indiennes). Les trois programmes sont : le Hospital Readmissions Reduction Program, the Value-Based Purchasing Program, and the Hospital-Acquired Condition Reduction Program.
6% du total des paiements hospitaliers seront dépendants de ces programmes en 2017. En 2015, 4 hôpitaux sur 5 seront pénalisés financièrement par au moins un des programmes, et plus d’un tiers des hôpitaux seront pénalisés financièrement par les trois programmes.
L’article analyse la performance des hôpitaux en 2015 en rapport à ces trois programmes, et recherche des points faibles dans le calcul du score Medicare déclenchant le P4P qui pourraient être améliorés à l’avenir.
Les hôpitaux sont catégorisés en fonction de leur activité, taille, localisation. Sur le premier programme, value-based purchasing, qui comporte des cibles un peu générale sur la qualité des soins, la mortalité, l’enrôlement du patient, la plupart des hôpitaux atteignent la cible du P4P, et il y a donc peu de pénalités réelles. Sur le second programme, ré hospitalisation à 30jours, les données s’améliorent mais l’impact est plus fréquent, avec beaucoup de critiques sur des hôpitaux implantés dans des zones déshéritées où l’hôpital le seul recours en l’absence de soins primaires efficaces et accessibles. Enfin, sur le dernier programme, centré sur la réduction des infections, 589 hôpitaux ont un score entre 6,5 et 7,5 alors que la valeur de pénalisation était arrêtée à 7, c’est dire si la valeur choisie de pénalité aligne les performances des plus modestes (ce qui évidemment est un biais)
Au total, les effets sont réels, particulièrement en combinant les trois programmes. Il reste à mieux prendre en compte la disparité des territoires et hôpitaux, et à mieux coordonner les programmes entre eux en les faisant voir comme une amélioration du tout dans la prise en charge des patients et les pratiques et non comme des cibles indépendantes à atteindre çà et là.

Mon avis

Mon avis : une bonne mise au point des P4P US