Tout sur la gestion des risques médicaux
                et la sécurité du patient

Coûts de la non qualité, effet du paiement à la performance

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Facebook
  • Twitter
  • Messages0
  • Imprimer la page

2014 - Une Tribune avec opinions contrastées sur l’intérêt d’ouvrir le secteur privé au RU

13/08/2015

Smith R., Peedell C. Is the private sector a good thing for the NHS? BMJ 2014;349:g5865

Résumé

Smith est pour: L’amélioration voulue par le NHS des conditions de prise en charge justifie d’ouvrir le secteur privé, pour provoquer la compétition, réduire la charge des hôpitaux publics, et mieux répondre aux attentes.

La démonstration est faite par des cabinets de médecine générale privés que la qualité des soins peut y être meilleure (Soterious M. GP-led private company can take over 22 practices, watchdog rules. GP 2013 Aug 20. www.gponline.com/gp-led-private-company-22-practices-watchdog-rules/article/1207995). C’est aussi le secteur privé qui a démontré la meilleure utilisation des dossiers médicaux informatisés pour le bénéfice du patient (Patients Know Best). 54 des 80 contrats acceptés par le clinical commissioning groups (CCGs) en 2014 concernent des établissements et unités privées et sont apparus clairement comme des solutions pour réduire les délais d’attente et proposer des solutions innovantes et performantes de santé aux citoyens anglais. Le retour sur investissement est contrôlé par l’état, et profite pleinement d’une richesse privée qui n’existe plus dans le domaine public.

Peedell est contre: la privatisation de la médecine qui irait de pair avec l’augmentation du secteur privé  serait lue immédiatement comme un sujet très sensible au niveau politique pour lequel il existe un très faible soutien dans l’opinion, quelle que soit les avantages que l’on voudrait avancer. Outre le coût additionnel pour le NHS de la gestion tutélaire d’un secteur privé élargi (estimé par une commission à 5 à 14% du budget du NHS), personne ne peut imaginer qu’un secteur privé ne cherche pas à maximiser ses gains, au détriment du service à terme, avec une autre menace qui est la libéralisation et la privatisation croissante des médecins attirés par l’argent.

Mon avis

Une bonne discussion… sur le fond, mais qui n’a pas d’équivalent en France tant les systèmes ont été pensés différemment.