Tout sur la gestion des risques médicaux
                et la sécurité du patient

Critique des médecins sur leurs confrères

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Facebook
  • Twitter
  • Messages0
  • Imprimer la page

2008 - Critiquer les autres spécialités : effets sur les étudiants

11/08/2015

Holmes D., Tumiel-Berthalter L. Zayas L., Watkins R., ‘Bashing’of medical specialties : students’experiences and recommandations, FamMed 2008 ;40(6) 400-6

Résumé

L’exposition à des critiques non constructives dans les spécialités médicales est plutôt fréquent pendant les études : caricatures, ou critiques de toutes natures évidemment la plupart du temps infondées.  Cette étude s’intéresse à l’effet de ces critiques sur des internes de 3° année avec en arrière-plan une aide plus particulière pour les internes en médecine générale souvent plus affectés que les autres par ces critiques.

Une enquête d’opinion a été conduite auprès de 105 internes sur leur perception des sources (qui), du contenu, et des effets de ces critiques. 87,5% des étudiants rapportent de tels comportements ; les spécialités les plus concernées sont la médecine générale (72%), la médecine interne (40%) ; la psychiatrie (39%) et la chirurgie générale (36%). 67% des étudiants rapportent avoir été personnellement l’objet de ces critiques sur leur choix de spécialité ; particulièrement en médecine générale avec des critiques qui rabaissent la compétence nécessaire, l’assimilent à un choix par défaut. 79% des étudiants assimilent ces critiques à des comportements non professionnels.

Les réactions des pairs quand on reçoit ces critiques sont souvent simplement neutres, y compris pour les enseignants (surtout ceux des autres disciplines qui en ajoutent parfois dans la caricature du prestige ou non associés aux disciplines qui ne sont pas les leurs).

Cette absence de schéma pédagogique clair des enseignants, d’attitudes claires de la discipline pour construire une solidarité, provoque régulièrement des changements de choix d’orientations tardifs,  particulièrement en médecine générale, où les étudiants vont finalement opter pour une autre spécialité sous la pression de ce vécu difficile de leur choix de départ trop critiqué ou dévalorisé.

Mon avis

Un travail déjà ancien, faible puissance du résultat compte tenu de la méthode employée, mais intéressant en tant que constat.