Tout sur la gestion des risques médicaux
                et la sécurité du patient

Culture de l'autonomie du médecin et du patient

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Facebook
  • Twitter
  • Messages0
  • Imprimer la page

2012 - 65% des médecins pensent que la qualité de leur travail va se détériorer

13/08/2015

Emanuel E. Pearson S. Physician Autonomy and Health Care ReformJAMA. 2012;307(4):367-368

Résumé

Ce sentiment vient en partie d’une méfiance sur la réforme OBAMA (Affordable Care ACt-ACA) qui est vue comme pouvant réduire l’autonomie des médecins. Dans la réalité ce n’est pas le cas puisque la réforme réduit la dépendance aux payeurs, mais encore faut-il que les médecins adoptent les nouvelles modalités de paiement.
L’autonomie médicale est souvent citée mais rarement définie. Dans la plupart des cas, l’autonomie est vue comme la totale liberté de prescrire ce que l’on pense utile pour le patient. Mais cette définition a ses limites ; notamment la prescription exige une vue plus large incorporant la réalisation de la prescription, et plus important encore, autonomie n’est pas liberté : la prescription doit tenir compte du patient, sa capacité à comprendre. En bref, on est bien sur une autonomie dans le cadre de la relation médecin-patient et non d’une autonomie générale. La loi va réduire les barrières financières de patients qui ne peuvent pas suivre les prescriptions ; la loi va également faciliter les parcours de soins complexes entre médecins et institutions médicales ; en retour elle va demander aux médecins de plus prescrire dans un cadre standardisé, les obligeant à faire des demandes particulières pour les cas non standards.

Mon avis

Une bonne discussion sur les échanges de bénéfices risque entre autonomie et accès aux soins.