Tout sur la gestion des risques médicaux
                et la sécurité du patient

Débats et chiffres sur l'amélioration globale de la sécurité

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Facebook
  • Twitter
  • Messages0
  • Imprimer la page

2015 - Disparité des hospitalisations évitables en France

28/10/2015

Mercier G, Georgescu V., Bousquet J. Geographic Variation In Potentially Avoidable Hospitalizations In France, Health Aff  May 2015 vol. 34 no. 5 836-843

Résumé

La littérature considère que le taux d’hospitalisation évitable mesure indirectement l’accès au soin primaire. Le calcul porte essentiellement sur la ré hospitalisation évitable après un séjour hospitalier et une décharge dans le secteur primaire.
26 656 833 sorties d’hôpitaux incluses ; 2,8% réhospitalisations à 30 jours en France (742474), souvent pour des insuffisances cardiaques, des infections pulmonaires et des problèmes rénaux.
SI l’on analyse les causes des disparités sur un territoire, on doit pouvoir améliorer qualité, équité et efficacité des soins proposés à la population.
L’étude porte sur les disparités Françaises et utilise des données 2012
Le taux moyen d’hospitalisation potentiellement évitable varie de 0,1 à 44,4/1000 habitants selon les régions. Le Nord de la France est particulièrement concerné par les taux élevés.
Les taux les plus élevés sont associés à une plus forte mortalité, des zones sous occupées en hôpitaux et services infirmiers à domicile, un moindre niveau de revenu, et un moindre niveau d’éducation.
Les résultats sont presque surprenants dans un système de sécurité sociale de type Français. En plus des facteurs purement démographiques et sociaux, l’étude montre aussi l’importance de l’organisation des soins primaires dans le résultat, particulièrement le déficit en travail collectif (travail d’équipe) sur le territoire et l’absence d’infirmiers en nombre suffisant sur le terrain.
Les auteurs plaident pour intégrer cet indicateur d’hospitalisation évitée dans le suivi de la qualité des soins primaires.

Mon avis

Mon avis : Une très bonne réflexion française