Tout sur la gestion des risques médicaux
                et la sécurité du patient

Débats et chiffres sur l'amélioration globale de la sécurité

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Facebook
  • Twitter
  • Messages0
  • Imprimer la page

2012 - Une mesure bien difficile du niveau réel de sécurité des établissements sanitaires au Canada

17/08/2015

Vogel L. Imperfect measure of hospital safety, CMAJ, June 12, 2012, 184(9) E451

Résumé

L’auteur se livre à une analyse critique des cinq indicateurs de sécurité du patient retenus par le Canada pour être publics et orienter le choix des usagers : fracture de hanche post op chez les patients de plus de 65 ans, problèmes de nursing en médecine et en chirurgie (infections urinaires sur sondes, escarres, chutes et fractures, pneumonies), traumatismes obstétricaux (avec et sans instruments)
L’auteur remarque que la hiérarchisation des établissements en matière de sécurité reste bien difficile à interpréter suer la base de ces indicateurs. Certes les plus mauvais et les meilleurs sont aisément reconnaissables, mais ils sont peu nombreux.
Pour les autres, la grande majorité, les indicateurs sont très peu discriminants et surtout n’incluent pas les éléments les plus discriminants en matière de Qualité au Canada.  Par exemple,  le Canada est caractérisé par son grand nombre d’infections nosocomiales, un des plus mauvais des nations Occidentales (11,6% comparés au 3,6% Allemand et au 4,4% Français), alors que cet indicateur n’est pas suivi. De même les indicateurs sur les erreurs médicamenteuses  (alors que 1 à 10% sont connues seulement) sont absents. Et les jugements des patients  sur les établissements, sur leur capacité d’accès au soin, et sur les hospitalisations évitables peu retenus non plus.
En bref, une analyse qui montre que l’affichage des politiques publiques en matière de sécurité du patient se construit aussi en préservant ce qui fâche le plus…

Mon avis

On reconnaît évidemment une extrait de la liste des PSIs (Patient Safety Indicators) publié en 1993 par l’AHRQ Américaine et qui a inspiré le monde entier, et récemment la France avec le projet CLARTE et l’arrivée de nouveaux indicateurs en novembre 2012.