Tout sur la gestion des risques médicaux
                et la sécurité du patient

Evolution requise des systèmes de santé, Hôpitaux et soins primaires, crises associées

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Facebook
  • Twitter
  • Messages0
  • Imprimer la page

2020 - Le mauvais slogan du ‘Zéro EIG’, source paradoxale de risques pour les patients

08/01/2020

Thomas EJ The harms of promoting ‘Zero Harm’ BMJ Quality & Safety  Published Online First: 09 October 2019. doi: 10.1136/bmjqs-2019-009703

Résumé

Un article qui prolonge directement l’article d’Amalberti & Vincent présenté le mois dernier, sur le risque de rester trop naïf et de faire croire que le seul graal de la sécurité médicale est le zéro erreur, zéro EIG.

L’auteur américain, très connu, critique ouvertement les slogans du type « zéro défaut, zéro erreur, zéro EIG » qui sont souvent poussés par les nations, en montrant toute leur toxicité paradoxale pour une vraie politique de sécurité. Ces slogans sont irréalistes et mélangent différents types de réduction du risque actions ponctuelles, actions organisationnelles et systémiques, certains risques ne pouvant simplement pas être supprimés. L’auteur propose d’ailleurs une taxinomie des risques et des espoirs que l’on peut avoir de réduction sur chacune des classes de risques.

La complexité des systèmes et la nécessité de prendre des risques (pour les patients) rend le zéro EIG illusoire, mais peut effectivement donner lieu à optimisation à condition que les professionnels ne se sentent pas piégés par la seule possibilité offerte par ces slogans : pas de risque, pas d’EIG. Il peut en effet en résulter au minimum de ne plus déclarer (ce qui est souvent le cas), et au maximum de choisir ses patients pour ne plus avoir de risques. L’auteur insiste sur le message de transparence qu’il faut adresser d’urgence aux patients, et sur les progrès forcément différents mais réels à réaliser sur les différentes sources de risques.

Mon avis

Mon avis : confirmation d'un besoin urgent de changer nos standards de vision sur la sécurité du patient