Tout sur la gestion des risques médicaux
                et la sécurité du patient

Financement de la santé, Politiques d'amélioration de la Qualité-Sécurité, idées et directions générales

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Google plus
  • Facebook
  • Twitter
  • Imprimer la page

2013 - 10 domaines d’interventions qui améliorent la sécurité du patient

19/08/2015

Annals of medecine, editorial, Strategies to Improve Patient Safety: The Evidence Base Matures Ann Intern Med. 5 March 2013;158(5_Part_1):350-352

Résumé

En 2000, le rapport Making Health Care Safe commandé par l’AHRQ avait identifié 80 interventions pouvant contribuer à l’amélioration de la sécurité du patient ; beaucoup de ces stratégies étaient prometteuses, mais encore peu validées.
Malgré des investissements lourds et croissants sur ce thème dans les dix dernières années, le succès des chiffres n’est pas vraiment au rendez-vous ; plus exactement, certaines interventions ont effectivement montrées des résultats positifs, mais ont été contre dites à chaque fois par autant d’autres études comme si le succès était très contexte dépendant.
L’AHRQ, devant ce constat décevant, a commissionné en 2012 un important travail mobilisant les universités de Standford, California, San Francisco et John Hopkins pour faire un travail conjoint de revue de question approfondie en entrant dans les données publiées.
Dix domaines stratégiques émergent de cette revue comme régulièrement et positivement associés à une amélioration de la sécurité du patient : la réduction des erreurs de diagnostic, la prévention des chutes, la prévention des escarres, la prévention des états confusionnels, l’amélioration des transitions de soin dans le trajet du patient, la reconciliation médicamenteuse, l’amélioration de la culture de sécurité, l’adéquation du nombre de personnels, l’utilisation de la simulation.
La définition de l’EIG s’est également affinée.
Pour autant, un chemin reste à faire pour mieux prendre en compte le potentiel de formation sur ces domaines, les visions systémiques du tout (la prise en charge globale du patient dans son tout et dans sa durée, et non le succès sur un point particulier), et le potentiel de l’informatique.
On sait aujourd’hui que ces solutions ne sont pas magiques, ne sont pas simples, ne sont pas des copies de ce qui se fait dans le reste de l’industrie. Le système est complexe et un très gros travail de recherche est à poursuivre pour avoir des résultats.

Mon avis

Un bon résumé du monde en 2013 : quelques idées, quelques vrais succès locaux, beaucoup de déception, et une vision plus réaliste de ce qui est faisable et surtout qui reste à faire. Gagner de la sécurité en médecine à l’échelon d’une nation reste possible mais sera vraiment complexe.