Tout sur la gestion des risques médicaux
                et la sécurité du patient

Financement de la santé, Politiques d'amélioration de la Qualité-Sécurité, idées et directions générales

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Google plus
  • Facebook
  • Twitter
  • Imprimer la page

2010 - Le dossier médical électronique améliorera-t-il le suivi du retour des examens complémentaires ?

19/08/2015

Elder N., McEwen T., Flach J.,  Gallimore  J., Pallerla H.  The Management of Test Results in Primary Care: Does an Electronic Medical Record Make a Difference? Fam Med 2010;42(5):327-33

Résumé

Chacun espère beaucoup du Dossier Médical Electronique; l’informatique rend possible et automatisé des tâches jusque-là difficiles, notamment le suivi des examens demandés et le signalement de tout retard par des alarmes. Mais est-ce que cela marche ?
Méthode : analyse de 25 dossiers résultats tirés au sort comportant des examens complémentaires (labo, radio)  pour chacun des 8 cabinets de groupe de médecine générale engagés dans l’étude (tous situés dans l’état de l’OHIO aux USA, 4 dotés de dossiers médicaux électroniques Vs 4 non dotés). L’analyse procède par des méthodes d’observation, audit, entretien et revue de dossier. Les 5 indicateurs relevés sont (i) la présence à leur place des examens dans le dossier, (ii) la signature, (iii) l’interprétation, (iv) la transmission au patient, et (v) les actions décidées en cas de résultat anormal). Les résultats sont analysés en fonction de la présence ou non de Dossier Médical Electronique (Electronic Medical Record).
Résultats : 461 examens complémentaires analysés dans les 200 dossiers sélectionnés.
Les examens ont une tendance à être mieux placés dans les dossiers électroniques s(100%vs98%), comportent plus de signature des médecins (100%Vs86%), sont plus sujets à une interprétation tracée (73%Vs64%) et à une notification au patient mentionnée explicitement (80%Vs66%). Pour les résultats anormaux (n=170), 64% sont suivis dans les dossiers électroniques Vs 40% en version papier.
Les procédures existent dans les cabinets sur l’archivage, mais jamais sur l’interprétation et l’information du patient.

Mon avis

Un texte assez précis sur ce que l’on peut réellement attendre des bénéfices d’un logiciel un peu sophistiqué de suivi patient au cabinet du généraliste.