Tout sur la gestion des risques médicaux
                et la sécurité du patient

Financement de la santé, Politiques d'amélioration de la Qualité-Sécurité, idées et directions générales

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Facebook
  • Twitter
  • Messages0
  • Imprimer la page

2017 - Le financement de la santé dans le monde de 2015 à 2040

25/07/2017

Future and potential spending on health 2015–40: development assistance for health, and government, prepaid private, and out-of-pocket health spending in 184 countries,Global Burden of Disease Health Financing Collaborator Network, Lancet 2017; 389: 2005–30, Published Online
April 19, 2017

Résumé

Si l’on se projette sur le futur (2015-2040, second article), que peut-on lire comme tendance ? On estime que le financement public MONDIAL de la santé va continuer à croître et même s’accélérer de US$ 9,2 billions en 2015 (un billion= mille milliards) jusqu’au chiffre astronomique de 24 billions en 2040 ; c’est le résultat d’un cercle vertueux pour la santé -mais très coûteux pour les finances-, où l’amélioration des conditions de vie et d’hygiène, couplé à l’amélioration technique continue des prises en charges médico-chirurgicales aigues (toujours plus couteuses ) résulte dans un allongement incroyable et mondial de la durée de vie, qui sollicite encore plus en retour l’augmentation des dépenses de santé pour des pathologies chroniques du vieillissement.

En France, les dépenses de santé en 2014 atteignaient en moyenne $4589 par citoyen, soit 11,3% du PIB ; elles passeraient à $5963 par citoyen en 2030 soit 11,6% du PIB, et à $7402 en 2040 soit 12% du PIB (en utilisant une hypothèse basse supposant des réformes structurelles importantes du système de santé; à noter qu’en l’absence de ces réformes profondes du système de santé, la dette publique française était toute autre selon l'agence de notation Standard & Poor's (Le figaro.fr,  30 décembre 2016). En effet, les dépenses publiques, en premier lieu les pensions de retraite et la santé, devraient continuer à exploser sous l'effet du vieillissement de la population. Si rien n'était fait, et toujours selon cette agence, cette dégradation des comptes publics entraînerait une révision à la baisse de la note française. Dès 2020, le «AA» français pourrait dévisser de trois crans, à simple «A». A l'horizon 2035, ajoute l'agence de notation, nous prévoyons que les indicateurs budgétaires français s'affaibliront et se rapprocheront de ceux des pays notés actuellement « BBB.» Soit une rétrogradation supplémentaire de trois crans.

Enfin, si l’on revient au niveau mondial, les dépenses par citoyen devraient croître plus vite dans les pays en voie de devenir riche (upper-middle income countries), de l’ordre de 5,3% par an. Ce taux serait de 4,2% pour les pays les plus pauvres, et de 2,1% pour les plus riches. Mais, au-delà des taux d’augmentation, forcément relatifs aux PIB,  il faut lire le résultat en chiffres bruts : même avec seulement 2% d’augmentation annuelle, les pays riches augmenteront en moyenne leurs dépenses de santé par habitant de 5200$ en 2014 à 9200 $ en 2040, alors que les pays pauvres passeront de 75$ à 120$ avec 6% d’augmentation annuelle. Le fossé se creusera donc encore bien plus pour les pays pauvres avec pour conséquence un frein massif à l’accès aux innovations médicales toujours plus sophistiquées, et une dépendance accrue sinon totale de ces pays pauvres envers les pays riches pour leur politique de santé.

Mon avis

Article de référence sur le sujet