Tout sur la gestion des risques médicaux
                et la sécurité du patient

Financement de la santé, Politiques d'amélioration de la Qualité-Sécurité, idées et directions générales

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Google plus
  • Facebook
  • Twitter
  • Imprimer la page

2012 - Quel apport pour la sécurité des patients d’une aide publique aux hôpitaux qui ont une clientèle déshéritée

19/08/2015

Chatterjee P., Joynt K., Orav J., Jha A., Patient experience in safety-net hospitals ; implications for improving care and value-based purchasing Arch Intern Med. 2012;172(16):1204-1210

Résumé

Un article qui prend place typiquement dans la politique US de Obama. Les hôpitaux qui reçoivent le plus de patients déshérités ont été dotés d’un dispositif d’incitations proposant à ces patients une meilleure qualité et sécurité des soins tout en étant générant un meilleur équilibre financier par les gains obtenus sur la non qualité. Cette aide prend la forme concrète dans les hôpitaux enrôlés d’un plan de bonnes pratiques spécifiques à ces patients -souvent plus malades et plus démunies pour leur prise en charge médicale- appelé ‘Filet de sécurité’ (Safety Net Hospitals SNH). 1 à 3% du total des remboursements de médicare/medicaid à ces hôpitaux est conditionné par l’obtention de résultats efficaces sur des indicateurs couvrant ces bonnes pratiques de SHH (VBP : Value Based Purchasing).
Méthode : pour mesurer l’effet,  les patients concernés, pour beaucoup âgés et sans ressources, ont eu à répondre à un questionnaire de sortie évaluant la qualité de la communication  avec les médecins, avec les soignants, sur les médicaments, la qualité des soins, l’existence d’un plan de sortie et de prise en charge, la prise en charge de la douleur, la propreté des locaux, la tranquillité des chambres, plus deux questions sur l’évaluation globale. L’étude a également mesuré des variables objectives de performance.
La mesure a été réalisée entre 2007-2010
Les hôpitaux engagés dans cette politique de qualité imposée par le SNH-filet de sécurité ont finalement une performance plus basse sur toutes les dimensions testées que les hôpitaux ‘normaux’. La différence négative vaut pour l’estimation globale de la qualité du séjour, et particulièrement pour les aspects liés à la mauvaise communication ; pire, cet écart s’aggrave dans le temps ; la solution de SNH et de VBP ne semble donc pas donner les résultats attendus, alors qu’elle est au cœur de la loi Obama sur le système médical (Patient Protection and Affordable Care Act) et du débat entre Républicains et Démocrates sur le coût efficacité de cette stratégie.

Mon avis

Pas facile, même avec les aides incitatives de l’état, d’être en face d’un bassin de population défavorisée et de corriger magiquement  les effets de prise en charge de moins bonne qualité et sécurité des soins sur cette population en espérant en plus sauver de l’argent par les gains sur la non qualité. L’idée de Win Win  est bonne, mais …