Tout sur la gestion des risques médicaux
                et la sécurité du patient

Fréquence des EIG en radiologie et radiothérapie

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Facebook
  • Twitter
  • Messages0
  • Imprimer la page

2015 - Epidémiologie de l'erreur en radiologie

17/03/2017

Bruno MA, Walker EA, Abujudeh HH. Understanding and confronting our mistakes: the epidemiology of error in radiology and strategies for error reduction. RadioGraphics 2015; 35:1668–1676

Résumé

Les erreurs de diagnostic médical représentent 10 à 15% des  diagnostics ; La radiologie participe largement à ce résultat. Deux grandes catégories de causes ont été identifiées ; celles dites perceptives (60 à 80% du total) et celles dites cognitives (interprétatives). Les erreurs perceptives sont largement impossibles à éviter, aboutissant tout autant à des diagnostics oubliés ou à des faux positifs. Si on analyse plus en détail, les erreurs de lecture contribuent pour 42% aux erreurs globales, la satisfaction suffisante et l’arrêt de recherche complémentaire (le cliché a « parlé » et le radiologue pense avoir vu le point fort) compte pour 22%, la présence d’une lésion en un lien sans lien avec la prescription (5%), un raisonnement interprétatif fautif (9%), et des liens avec des certitudes ou des examens déjà réalisés mais orientant faussement l’analyse.  A noter un travail sur l’amélioration des comptes rendus peut largement réduire certains risques récurrents de mauvaise compréhension par le médecin prescripteur.

Mon avis

Mon avis : un papier assez complet et détaillé sur les types d'erreur et leur fréquence "façon encyclopédie médicale".