Tout sur la gestion des risques médicaux
                et la sécurité du patient

Fréquence des erreurs et retards diagnostiques

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Facebook
  • Twitter
  • Messages0
  • Imprimer la page

2016 - A quoi sont dues les erreurs de diagnostic?

06/01/2017

Norman GR, Monteiro SD, Sherbino J, Ilgen JS, Schmidt HG, Mamede S. The Causes of Errors in
Clinical Reasoning: Cognitive Biases, Knowledge Deficits, and Dual Process
Thinking. | AHRQ Patient Safety Network.”  Acad Med. 2016 Oct 25. [Epub ahead of print]

Résumé

Les recherches sur les erreurs de diagnostic sont de plus en plus nombreuses. Il est couramment admis que le processus diagnostique comprend 2 parties : une composante rapide et intuitive (type 1) et une composante plus lente, logique et analytique (type 2). Ce constat n’explique pas pour autant l’origine des erreurs, car les deux composantes semblent toutes les deux vulnérables.

Les erreurs de type 1 (rapide et intuitive) sont souvent le résultat de biais cognitifs, mais semblent décroître avec l’expertise.  Les erreurs de type 2 sont plus liées aux limites de la mémoire de travail.

Ces auteurs canadiens (McMaster) cherchent à savoir quel type est principalement à l’origine des erreurs de diagnostic, et dans quelle mesure les erreurs sont dues à des biais cognitifs (très difficile à réduire, même si leur lien à l’erreur est finalement aussi difficile à établir) ou à des déficits de connaissances (il peut y avoir une correction et un bénéfice faible mais consistant).

Mon avis

Mon avis : un bon article, clair.