Tout sur la gestion des risques médicaux
                et la sécurité du patient

Fréquence des erreurs et retards diagnostiques

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Facebook
  • Twitter
  • Messages0
  • Imprimer la page

2012 - Biais de raisonnement et diagnostic médical chez les internes

17/08/2015

Mamede S., Gog, T., van Berge K., Rikers R., van Saase J., Van Guldener C. Schmidt H. Effect of Availability Bias and Reflective Reasoning on Diagnostic Accuracy Among Internal Medicine Residents, JAMA. 2010;304(11):1198-1203

Résumé

Les erreurs de diagnostics ont souvent été associés à des biais de raisonnement notamment liés à un effet de disponibilité en mémoire (biais de disponibilité) lui-même associé à la dernière rencontre avec les mêmes  évènements. On tendrait à reconduire les mêmes conclusions avec des prémisses partiellement identiques au cas d’avant.
L’étude est conduite en 2009 avec 18 internes de 1° année et 18 internes de 2° année de médecine. 6 cas cliniques sont soumis en phase 1, puis 8 nouveaux cas sont soumis : 4 possèdent des prémisses partiellement communes à ces premiers cas, mais relèvent finalement d’un diagnostic différent puis dans un second temps, 4 possèdent à nouveau des éléments communs mais on apprend et force les internes à réfléchir de façon réfléchi : lire le cas, écrire le diagnostic qui avait précédemment été donné à ce cas, lister les éléments qui supporte ce diagnostic, lister les éléments qui devraient être présent pour accepter ce diagnostic et qui ne sont pas dans l’histoire présentée
Les résultats montrent une interaction entre année d’expérience et sensibilité au biais de disponibilité. Le travail réflexif imposé dans la dernière série de cas réduit les biais de raisonnement et améliore les performances.

Mon avis

Un travail expérimental classique, intéressant pour sa méthode,  mais limité à des cas papiers.