Tout sur la gestion des risques médicaux
                et la sécurité du patient

Fréquence des erreurs et retards diagnostiques

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Facebook
  • Twitter
  • Messages0
  • Imprimer la page

2014 - Certitude du diagnostic et complexité du cas

17/08/2015

Cavalcanti, R., Sibbald M.  Am I Right When I Am Sure? Data Consistency Influences the Relationship Between Diagnostic Accuracy and Certainty Academic Medicine 89, no 1; janvier 2014: 107 113.

Résumé

Expérimentations sur le diagnostic
180 à 190 internes / chef de cliniques en  cardio
Trois mises en situations de diagnostic simulées avec des cas plus ou moins simples, (a) avec uniquement des données d’examen physique, (b) en rajoutant des données  complémentaires (labo, imagerie) et (c) avec des données contradictoires en général associées à des cas complexes.
Résultats : Dans les deux premiers cas, sans surprise, la corrélation entre exactitude du diagnostic et ressenti du médecin est la plus forte (90% en moyenne). Dans le troisième cas, avec des données cliniques incluant des éléments trompeurs, le sentiment de certitude diminue rapidement, que la réponse s’avère finalement exacte ou non. Le résultat est dont très contexte dépendant. Etre sûr de son diagnostic n’est donc pas une garantie bien forte de diagnostic exact…

Mon avis

Intéressants, à comparer à l’article de Meyer 2013.