Tout sur la gestion des risques médicaux
                et la sécurité du patient

Fréquence des erreurs et retards diagnostiques

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Facebook
  • Twitter
  • Messages0
  • Imprimer la page

2006 - Etude des retards de diagnostic à partir d’une base de plaintes

17/08/2015

Gandhi TK, Kachalia A, Thomas EJ, “et al.” Missed and delayed diagnoses in the ambulatory setting: a study of closed malpractice claims. Ann Intern Med. 2006, 145(7):488-96

Résumé

Analyse rétrospective de 307 plaintes mettant en cause un délai (excessif) dans la mise en route du traitement sur des pratiques ambulatoires (entre 1984 et 2004). Tirage au sort dans les bases de données de 4 assureurs (21,000 docteurs, 4 régions, 46 hôpitaux, 390 cabinets) (en fait 429 tirages, 122 aux urgences, et 307 en cabinet de généraliste, chirurgie ambulatoire, radiologie ambulatoire, etc. qui sont les seules analysés). Score de chaque dossier sur une échelle de sévérité de 9, d’un préjudice purement émotionnel à la mort, échelle ramenée à 5 niveaux dans le codage final (émotionnel, mineur, signifiant, majeur, décès) ; Indexation des causes : cognitive chez le médecin, systémique, liée au patient, avec un index certitude de 1 à 6. Les experts avaient accès aux conséquences juridiques mais ne devaient pas en tenir compte dans leur analyse ;Indexation du délai par rapport aux standards médicaux de prise en charge: échelle de Likert à 5 points d’Aucun délai à Délai certain ;
Résultats : 59% (181) des plaintes étaient clairement jugées comme en lien avec un EIG. On retrouve une analyse finement détaillée du corpus d’erreurs. Parmi ces 181, 59% sévères, 30% décès ;
59% des retards de diagnostic portent sur des cancers, 5% sur les infections, 4% sur les fractures, et 4% sur les infarctus ; 85% des erreurs sont faites au cabinet des généralistes ; dans 55%, c’est l’absence de demande du test qui aurait révélé la maladie qui explique le retard, puis l’absence de plan de suivi (45%), l’absence d’une anamnèse correcte (42%), et la mauvaise interprétation du résultat du test pertinent (37%) ;
Facteurs contributifs : 79% d’erreur de  jugements, d’insuffisance de vigilance (59%), de connaissance (48%), de  coopération du patient (20%). On retrouvait dans 43% au moins 2 médecins contribuant au délai, et dans 16% trois ou plus.

Mon avis

Un remarquable papier sur le retard de diagnostic, publié dans une revue majeure.