Tout sur la gestion des risques médicaux
                et la sécurité du patient

Fréquence des erreurs et retards diagnostiques

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Facebook
  • Twitter
  • Messages0
  • Imprimer la page

2010 - Identifier les EIG dans les revues de dossier, pas si facile

23/10/2015

Zwaan L., de Bruijne M., Wagner C., Thijs A., Smits M., van der Wal G.,  Timmermans R. Patient Record Review of the Incidence , Consequences, and Causes of Diagnostic Adverse Events Arch Intern Med. 2010;170(12):1015-1021.

Résumé

Les erreurs de diagnostics  conduisent souvent à des préjudices pour le patient (EIG).
Méthode : revue de 7926 dossiers de patients provenant de 21 hôpitaux Néerlandais.  Repérage par des pairs de toutes les erreurs, et focus sur les erreurs de diagnostic, comparaison de fréquence entre erreurs et analyse approfondie
Les erreurs de diagnostics représentent 0,4% des admissions et 6,4% de tous les EIG. 83,3% ont été jugés évitables. Les causes humaines sont retrouvées dans 96,3% des dossiers (compétence et transfert d’information), mais les aspects organisationnels (25%) et surtout le rôle aggravant des patients (30%) sont très fréquemment cités. Les conséquences ressortent en moyenne plus sévères pour ces erreurs de diagnostic que pour les autres erreurs (29,1% de conséquences vitales contre 7,4% pour les autres catégories d’erreurs).

Mon avis

Un bon article, avec des chiffres concordants avec ce que l’on sait sur le risque de diagnostic erroné dans la littérature ; intéressant aussi car il pointe le fréquent rôle aggravant des patients, de moins en moins tabou dans la littérature scientifique sur le risque médical.