Tout sur la gestion des risques médicaux
                et la sécurité du patient

Fréquence des erreurs et retards diagnostiques

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Facebook
  • Twitter
  • Messages0
  • Imprimer la page

2008 - L’importance des hypothèses dans le retard de diagnostic

17/08/2015

Kostopoulou O., Oudhoff J., Nath R., Delaney B., Munro C., Harries C., Holder R., Predictors of Diagnostic Accuracy and Safe Management in Difficult Diagnostic Problems in Family Medicine, Med Decis Making 2008; 28; 668

Résumé

Revue de cas cliniques ayant abouti à des plaintes par 11 médecins généralistes et mise en exergue de 10 difficultés dans le diagnostic de ces cas cliniques (tableau ambigu, cas rare, diagnostic de masquage, mélange avec un tableau banal, etc.).  A partir de là, reconstitution de 7 cas cliniques incluant de 1 à 4 de ces difficultés et présentation des cas à 84 généralistes d’expérience différente (entre interne et généralistes de plus de 10 ans d’expérience). Le nombre de diagnostics ratés est en proportion du nombre de difficultés insérés. Ces diagnostics ratés sont sans lien avec l’expérience des médecins. Les internes regardent plus de détails pour porter le diagnostic que les médecins experts, mais cela ne change pas le résultat global.

Mon avis

Intéressant pour l’absence de lien entre complexité et expérience professionnelle.