Tout sur la gestion des risques médicaux
                et la sécurité du patient

Fréquence des erreurs et retards diagnostiques

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Facebook
  • Twitter
  • Messages0
  • Imprimer la page

2014 - Le diagnostic de cancer devrait être le plus précoce possible…

17/08/2015

Murphy, D., Laxmisan A., Reis B., Thomas E., Esquivel A., Forjuoh S., Parikh R., Khan M., Singh H.. Electronic Health Record-Based Triggers to Detect Potential Delays in Cancer Diagnosis . BMJ Quality & Safety 23, no 1 (1 janvier 2014): 8 16.

Résumé

Cette équipe texane étudie les diagnostics de cancer de la prostate et de cancer colorectal dans deux larges centres médicaux. Ils travaillent sur dossiers, et utilisent la méthode des trigger tools avec quatre indicateurs : dosage de PSA anormal, Hémocult positif, anémie ferriprive et rectorragie (en éliminant les dossiers pour lesquels la présence des signes a entraîné une prise en charge correcte dans le temps et dans la qualité des soins).
Ils montrent que sur les 292 587 patients inclus (Janvier à décembre 2009), 1564 dossiers ont au moins un trigger positif (426 PSA, 365 Hémocults positifs, 610 anémies, et 173 rectorragies), 1048 ont eu un retard ou un manque de diagnostic. Dans 47 cas, il s’agissait d’un cancer de haut grade. Ils concluent que ces indicateurs électroniques pourraient être utilisés en routine pour détecter les patients à risque.

Mon avis

Des résultats très intéressants.