Tout sur la gestion des risques médicaux
                et la sécurité du patient

Fréquence des erreurs médicamenteuses

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Facebook
  • Twitter
  • Messages0
  • Imprimer la page

2012 - EIG médicamenteux chez les enfants

17/08/2015

Smith R., Gargon E., Kirkam J., Cresswell L., Golder S., Smyth R., Williamson P., Adverse drug reactions in children-a systematic review, PLoS One, 2012, 7, 3: é24061-1-10

102 études incluses dans la revue. 61% des études parlent des causes des erreurs, 34% évaluent la sévérité des conséquences. Seulement 19% évaluent l’évitabilité. Les taux d’incidences vont de 0,4% à 10,3% tous âges et lieux confondus (moyenne estimée à 2,9%), et 0,6 à 16,1% à l’hôpital. Les antibiotiques et les antiépileptiques étaient la source la plus importante d’erreurs à l’hôpital, alors que les antibiotiques et les anti-inflammatoires non-stéroïdiens étaient les molécules les plus souvent incriminées en soins primaires.

Résumé

102 études incluses dans la revue. 61% des études parlent des causes des erreurs, 34% évaluent la sévérité des conséquences. Seulement 19% évaluent l’évitabilité. Les taux d’incidences vont de 0,4% à 10,3% tous âges et lieux confondus (moyenne estimée à 2,9%), et 0,6 à 16,1% à l’hôpital. Les antibiotiques et les antiépileptiques étaient la source la plus importante d’erreurs à l’hôpital, alors que les antibiotiques et les anti-inflammatoires non-stéroïdiens étaient les molécules les plus souvent incriminées en soins primaires.

Mon avis

Intéressants pour faire une étude ; chaque papier retenu est bien résumé. En même temps, on reste un peu sur des constats de surface surtout pour une revue de prestige comme PLos One.