Tout sur la gestion des risques médicaux
                et la sécurité du patient

Fréquence des erreurs médicamenteuses

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Facebook
  • Twitter
  • Messages0
  • Imprimer la page

2012 - Effet de l’intervention du pharmacien pour réduire le risque d’erreurs médicamenteuses à la sortie de l’hôpital

17/08/2015

Kripalani S.,Roumie C., Dalal A.,  Cawthon C., Businger A., Eden S.,  Shintani, A.,  Cunningham Sponsler K., Harris, J., Theobald, C.- Huang, R., Scheurer, D., Hunt, S. , Jacobson, T. Rask, T., Vaccarino,  V. , Gandhi, T., Bates, D.; Williams, M.,  Schnipper,  for the PILL-CVD (Pharmacist Intervention for Low Literacy in Cardiovascular Disease) Study Group* Effect of a Pharmacist Intervention on Clinically Important Medication Errors After Hospital Discharge Ann Intern Med. 2012;157:1-10

Résumé

La sortie de l’hôpital est connue pour provoquer de nombreuses erreurs médicamenteuses tant pour la réconciliation avec les anciens traitements prescrits avant l’hospitalisation (nda : le terme réconciliation est consacré dans la littérature pour décrire la compatibilité entre traitements), que dans le suivi des prescriptions à risques (anticoagulants, etc.).
Une étude randomisée a été conduite sur une cohorte d’adultes hospitalisés pour une pathologie coronarienne et des décompensations cardiaques. Un des bras de la cohorte à bénéficié d’une intervention d’un pharmacien hospitalier pour la réconciliation médicamenteuse soit lors d’un transfert de service à service ou d’hôpital à hôpital, soit lors de la sortie définitive. L’intervention s’appuyait sur un logiciel d’aide à la détection des problèmes médicamenteux lors du transfert (en main des médecins), et d’une intervention du pharmacien  (étudiants) directe auprès des médecins en charge du patient après le transfert.
La mesure a porté sur la fréquence des erreurs de réconciliation dans les 30 jours suivant la sortie du patient.
Résultats : Sur 851 patients, 432 ont eu à subit un ou plusieurs Evènement Indésirable lié aux médicaments dans les 30 jours suivant leur sortie de l’hôpital.22% de ces erreurs ont été jugées sérieuses. L’intervention des pharmaciens n’a pas démontré d’efficacité.

Mon avis

Il est rare d’avoir sur ces sujets de Qualité et Sécurité des articles publiés de grande valeur, bien construits méthodologiquement, qui conduisent à des résultats négatifs (pourtant sans doute les plus nombreux dans la réalité des interventions de sécurité en médecine). Dans le domaine particulier de la réconciliation médicamenteuse, c’est donc un article qu’il faudra considérer avant de dire YA KA … demandé aux pharmaciens de faire…