Tout sur la gestion des risques médicaux
                et la sécurité du patient

Le médecin seconde victime de l'erreur et les situations de Burnout

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Facebook
  • Twitter
  • Messages0
  • Imprimer la page

2010 - Un système d’aide aux médecins seconde victime

10/08/2015

Scott S., Hirschinger L., Cox K., McCoig M., Hanh-Cover K., Epperly K., Phillips E., Hall, L. Caring for our own: Deploying a systemwide Second victim Rapid response team, The Joint commission Journal on Quality and Patient Safety, 2010, 36, 5:233-40

Résumé

Mise en place dans le Missouri d’un système d’aide aux professionnels de santé qui sont traumatisés par leurs erreurs. Le système a été inspiré des tentatives de l’hôpital Brigham et Women à Harvard en 2006 (système d’aide basé sur des pairs) et sur le MITSS (Medically Induced Trauma Support Services-http://www.mitss.org) développé en 2002 qui était pour toutes les victimes, patient compris, et le CISM (Critical Incident Stress Management) développé dans l’industrie, en aéronautique particulièrement pour approcher les effets des PTSD (Post traumatic syndroms).

Développement d’un RSS (rapid response system) entre octobre 2007 et Janvier 2008 sur la base de 31 interviews de professionnels traumatisés, puis d’un questionnaire formé à partir de ces interviews et adressé à 5300 professionnels de la fac, questionnaire assez ouvert, à la recherche d’expériences personnelles et de récits. 898 ont répondu, dont 352 avaient entendu parler de la notion de seconde victime et 269 se sentaient personnellement concernés. 8 thèmes ont été dérivés de ces réponses comme pertinents pour aider (table 2). Un modèle en trois temps à été développé  (Scott three-tiered Interventional Model of Support) : le niveau 1 est centré sur la perception émotionnelle, il est local, et couvre la période immédiatement attenante au fait ; il repose presque entièrement sur les personnes de proximité en facilitant la verbalisation, l’empathie, et un climat d’expression des détresses sans encore savoir nécessairement qui a été victime de quoi ; le niveau 2 s’applique à des secondes victimes bien identifiées et repose sur des professionnels des services entraînés pour aider ; le niveau 3 assure l’accès à des psychologues/psychiatres professionnels quand la réaction ne peut pas être contenue par les actions précédentes.

Mon avis

Un travail de référence qui mérite vraiment d’être lu, très bien structuré.