Tout sur la gestion des risques médicaux
                et la sécurité du patient

Pertinence, médecine défensive, surdiagnostic, surmédicalisation

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Facebook
  • Twitter
  • Messages0
  • Imprimer la page

2008 - Prescription et coût des examens

21/08/2015

Sethi D., Aseltine R., Gulla R. MMS First-of-its-kind Survey of Physicians Shows Extent and Cost of the Practice of Defensive Medicine and its Multiple Effects of Health Care on the State

Résumé

Enquête réalisée de novembre 2007 à Avril 2008 auprès des médecins de l’état du Machachussets de 7 spécialités différentes : Médecine générale, urgences, anesthésie, chirurgie générale, neurochirurgie, orthopédie, gynéco-obstétrique. L’enquête a porté sur la prescription de 7 examens courants : radiographies simples, Scanner, IRM, échographie, Bilan biologique, demande de consultation spécialisée, et demande d’hospitalisation.  Au total 900 réponses (46% des médecins de l’état), soit la plus grande enquête connue sur la médecine défensive à cette date.
Résultats : 83% des médecins interrogés reconnaissent des pratiques de prudence dont ils pourraient se passer, le total pour un volume de 18 à 28% selon les examens considérés et les avis demandés, et pour 13% des demandes d’hospitalisation. Le coût est évalué à $281 millions pour 2005-2006, plus $1,1milliard d’hospitalisations inutiles uniquement pour ces médecins (qui ne représentent que la moitié des médecins de l’état). Les obstétriciens et les orthopédistes arrivent en tête dans ces pratiques défensives, particulièrement 28% d’entre eux disent éviter les patients les plus à risques (de complications). 53% des généralistes disent avoir infléchi leur façon de travailler pour être moins vulnérables juridiquement (76% pour les neurochirurgiens, 66% pour les urgentistes) et 33% des demandes d’avis complémentaires en médecine générale sont réalisés sans autre raison que ce motif de médecine défensive.

Mon avis

Remarquable article très bien documenté.