Tout sur la gestion des risques médicaux
                et la sécurité du patient

Pertinence, médecine défensive, surdiagnostic, surmédicalisation

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Facebook
  • Twitter
  • Messages0
  • Imprimer la page

2010 - Surdiagnostic de cancers

21/08/2015

Welch G., Black W. Over diagnostic in cancer, J Natl Cancer Instute, 2010 :102 :605-13

Résumé

Les cellules cancéreuses se répartissent en quatre groupe évolutifs: rapide, lent, très lent, et non évolutif. Ce dernier groupe, par exemple très fréquemment  retrouvé dans les histologies des pièces opératoires après résection d’adémome de la prostate, ne causera jamais de symptômes, et peut même régresser. On connaît maintenant une partie des mécanismes de défenses qui expliquent cette histologie particulière. Attribuer le diagnostic de cancer à la présence de ces cellules cancéreuses non évolutives, et même celles très lentement évolutives constitue alors typiquement un sur-diagnostic gravement préjudiciable au patient. Suivent une partie des études sur les surdiagnostics bien connues sur le cancer du poumon, du sein et de la prostate. Sur ce dernier cancer, le test par PSA pourrait conduire à 60 % de surdiagnostic et justifie son retrait progressif des bonnes pratiques.

Mon avis

Intéressant.