Tout sur la gestion des risques médicaux
                et la sécurité du patient

Signalement des EIG par des enquêtes nationales

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Facebook
  • Twitter
  • Messages0
  • Imprimer la page

2013 - La plupart des médecins ont des expériences négatives des incidents de rapports

11/08/2015

Stewart K., Harrison R., Lawton R., Most doctors have negative experiences of reporting incidents, BMJ2013 347 :f6714

Résumé

Une revue de 1755 membres du Royal College of Physicians (47 ans de moyenne, 35% de femmes) montre que les médecins ont toujours très peur de signaler leurs erreurs.  Parmi ceux qui ont signalé des erreurs, seulement 21% considèrent que ce signalement a servi localement à réduire le risque ;  19% considèrent  que le signalement a été – avec d’autres signalements de même type- vertueux pour la communauté médicale.  Seulement 14% ont reçu une notification du suivi d’exploitation. 25% ont été impliqués dans des EIG notables qu’ils n’ont pas signalés.

Le faible signalement et la faible confiance dans le processus relève de plusieurs explications cumulées: long à déclarer, illusoire et coûteux de changer le système, peur de sanctions.

En plus les effets psychologiques associés à la déclaration ne sont pas marginaux. Troubles du sommeil, image négative, anxiété pour 63% des signalements importants et même 8% de symptômes qui relèvent plutôt du stress post traumatique. Seuls 5,5% des médecins qui ont signalé des incidents graves ont pu bénéficier d’une aide officielle pour traverser cette période. Les autres ont du se débrouiller avec leurs collègues, amis et famille.

Mon avis

Données intéressantes même si ce n’est pas un scoop.