Tout sur la gestion des risques médicaux
                et la sécurité du patient

Taxonomies / classifications des erreurs médicales

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Facebook
  • Twitter
  • Messages0
  • Imprimer la page

2005 - A toxonomy of error in Health policy

27/08/2015

Joyce P., Boaden R., Esmail A. Managing risk : A toxonomy of error in Health policy, Health Care Analysis, 13, 4 : 337-40

Résumé

This paper discusses the current initiatives on error and adverse events within healthcare, with a particular focus on the NHS, within the context of health policy.

One of the key features of the paper is the proposal for an emergent taxonomy of the medical error literature, developed from the ideologies and rationales that underpin their approaches. This taxonomy provides details of three categories— empiricists, organisational rationalists and reformers of professional culture—and these act as an organising framework for the exploration of the potential consequences of current policy on errors and adverse events. This discussion highlights the tension between optimising health outcomes for patients and managing the health system as effectively as possible. In particular, the inherent tension between explicit managerial formulations of risk and implicit risk management strategies associated with medical professionalism are considered.

Mon avis

Un papier sur les différentes philosophies des taxonomies d’erreur, leurs motivations, les croyances associées en matière de causalité et d’effet levier des interventions associées. Les auteurs distinguent trois grandes contributions : celles des empiristes qui codent ‘ce qu’ils voient’ et donc uniquement les liens assez indiscutables entre les faits disponibles, celles des rationalistes notamment inspirés des facteurs humains, qui codent des attributions causales inférées sur la complexité des organisations et leur défaillance, même si le lien n’est pas explicite mais implicite dans les faits disponibles, et les promoteurs de la culture de sécurité, proches des précédents, influencés par les idées sur la complexité des organisations, mais qui ne considèrent pas le traitement de la complexité comme une fin en soi, mais plutôt comme un constat intermédiaire pour faire changer la culture des systèmes.