Tout sur la gestion des risques médicaux
                et la sécurité du patient

Temps de travail et repos des anesthésistes

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Facebook
  • Twitter
  • Messages0
  • Imprimer la page

2002 - Risque d’endormissement chez les internes

20/08/2015

Howard SK, Gaba DM, Rosekind MR, Zarcone VP. The risks and implications of excessive daytime sleepiness in resident physicians. Academic Medicine 2002; 77: 1019–25.

Résumé

Analyse avec sujets comme leurs propres témoins en 1996 de 11 internes  de Stanford dans trois conditions : habituelle sans garde, en sortie de garde, et reposé avec 4 jours où le début du travail du matin s’est fait à 10h00. Chaque interne passe un test de sensibilité individuel à la privation de sommeil (Sleep Disorders Questionnaire) qui permet de pondérer les résultats.  Tous les internes sont aussi soumis à un programme (Multiple Sleep Latency Test –MSLT) qui autorise de courts épisodes de sommeil toutes les 2heures depuis 10 heures du matin. On mesure ainsi la pression du sommeil
Le temps de latence au sommeil (MSLT) est significativement plus court dans les conditions de bases (6.7 minutes) ou de sortie de garde (4.9minutes) que dans la condition reposée (12 minutes). Le temps de mesure dans la journée est également très significatif, avec un effet de l’après-midi.

Mon avis

Expérimental, mais intéressant.