Tout sur la gestion des risques médicaux
                et la sécurité du patient

Volume d'activité et risques en chirurgie

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Google plus
  • Facebook
  • Twitter
  • Imprimer la page

2010 - Relation entre spécialisation chirurgicale et risques

20/08/2015

Hagen T., Vaughan-Sarrazin, Cram, P. Relation between hospital orthopaedic specialisation and outcomes in patients aged 65 and older: retrospective analysis of US Medicare data BMJ 2010;340:c165`

Résumé

Les services de chirurgie très spécialisés en prothèse de hanche et de genou ont moins d’EIG
L’article analyse le pronostic d’une cohorte de 1,273,081 patients hospitalisés dans 3818 hôpitaux américains pour des prothèses de hanche et de genou. Le facteur contrôlé est le niveau de spécialisation des services chirurgicaux quand à ces interventions. Les hôpitaux sont stratifiés en 5 niveaux de très spécialisés à totalement généralistes (dans ce cas les prothèses ne représentent qu’une très faible fraction de l’activité). Les complications indésirables sont notées pour chacun de ces services (embolies, phlébites, hémorragies, infections, infarctus, tout décès dans les 90 jours). Les hôpitaux les plus spécialisés, quelque soit l’ajustement, ont une meilleure sécurité que les hôpitaux moins spécialisés ; l’information recoupe aussi l’effet volume forcément plus important dans les hôpitaux spécialisés.
Les conclusions sont cependant prudentes dans la mesure où on peut imaginer des biais de recrutement, notamment socio-économique puisque les hôpitaux généralistes ont souvent un statut plus facile d’accès pour le tout venant de la population américaine.

Mon avis

Un très bon article.