Tout sur la gestion des risques médicaux
                et la sécurité du patient

Accréditation et recertification des médecins : détection des médecins à risque

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Facebook
  • Twitter
  • Messages0
  • Imprimer la page

2014 - Qui détermine la qualité du médecin ?

29/04/2016

Hershberger P., Bricker D. Who determines physician effectiveness ?, JAMA 2014, 312, 24, 2613-14

Résumé

Les métriques d’évaluation de la performance du médecin se multiplient à travers les indicateurs de pratiques. Mais quelle que soit l’attitude positive du médecin, on sait que le résultat dépend du médecin seulement pour 10% et de tous les facteurs socio-comportementaux qui pèsent sur le patient, la société et l’organisation du système de santé pour 50%.
La non adhésion des patients aux prescriptions est d’ailleurs de cet ordre (50%- Brown M. Russell, Medication adherence, Mayo clinic proc. 2011 :86 (4) 304-14).
Dans ce contexte, juger le médecin sur ces seuls résultats statistiques observés sur la population de ses patients est risqué, voire injuste. Une vision qui dirait que ce n’est qu’une affaire d’éducation thérapeutique du patient à parfaire est tout aussi naïve, surtout si on pense que le médecin doit être le principal acteur de cette éducation thérapeutique. Il se trouve que les patients sont bien plus influencés par ce qu’ils entendent dans la rue, sur le web, et à la maison, que par le médecin (dont ils oublient sous l’émotion beaucoup de ce qui est dit). On peut sûrement faire mieux, être plus patient-centré, mais il faudra aussi maîtriser le temps nécessaire additionnel, la compétence à le faire.
En tout cas, le fait même que le médecin soit de plus en plus jugé par le patient exige de prendre en compte cette relation complexe, de l’améliorer, et de bien collaborer sur ce qui détermine le jugement des patients sur le résultat du soin
On pourrait aussi parier sur les collègues pour dénoncer les mauvais, mais on a déjà prouvé que çà ne marche pas. 96% des collègues disent qu’ils dénonceraient une mauvaise pratique, mais seulement moins de 50% le font réellement (Campbell EG, Regan S, Gruen RL, et al. Professionalism in medicine: results of a national survey of physicians. Ann Intern Med. 2007; 147:795–802) , et le score est encore bien inférieur (17%) dans d’autres études (DesRoches CM, Rao SR, Fromson JA, et al. Physicians’ perceptions, preparedness for reporting, and experiences related to impaired and incompetent colleagues. JAMA. 2010; 304:187–93.)

Mon avis

Une analyse pertinente !