Tout sur la gestion des risques médicaux
                et la sécurité du patient

Coûts de la non qualité, effet du paiement à la performance

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Facebook
  • Twitter
  • Messages0
  • Imprimer la page

2010 - Lien investissements humains et techniques et amélioration de la qualité des soins

13/08/2015

Chen L. Jha A., Guterman S., Rigway A., Orav, J., Epstein A. Hospital cost of care, quality of care, and readmission rates,’ penny wise and pound foolish' Arch Int Med, 2010, 170 (4) 340-46

Résumé

Étude réalisée sur 4936 hôpitaux entre 2004 et 2006, réduite à deux pathologies de sortie de l'hôpital: infarctus et pneumonies pour des patients bénéficiant de Medicare et pris en charge à 100%. Chaque séjour est repéré en fonction des caractéristiques financières de l'hôpital dont il provient avec des données ajustées au bassin de population et à la taille de l'hôpital. Parmi cet échantillon, deux groupes d'hôpitaux sont comparés, le quartile le plus couteux et le quartile le moins coûteux. Ces caractéristiques de gestion sont ramenées à une série d'indicateurs sur la qualité des soins pour les patients considérés : indicateurs de processus, mortalité à 30 jours, taux de réadmission et coût moyen du patient sur les 6 mois suivants. Les résultats montrent que (1) les hôpitaux dispendieux comme ceux qui sont plus économes sont stables dans le temps dans leur comportement, et (2) que les hôpitaux au coût élevé ont de meilleurs indicateurs de qualité sur les processus internes, et une moins grande mortalité (ajustée) pour l'infarctus. Mais c'est l'inverse pour les pneumonies. Les taux de réadmission sont similaires dans les deux séries et le coût du patient dans les 6 mois qui suivent est moins élevé également dans la série des hôpitaux à plus faible coût de fonctionnement.
L'ensemble des résultats montre finalement peu de différences en matière de qualité de soins, et  ne justifie pas les considérables différences en matière de coût de fonctionnement des deux séries d'hôpitaux. L'étude montre particulièrement que l'hypothèse récurrente sur le fait que les hôpitaux sans ressources feraient sortir les patients plus vite, au risque de les ré hospitaliser rapidement pour des complications, n'est pas du tout confirmée (les américains utilisent l'amusante expression ‘the penny wise and pound foolish' pour parler de cette hypothèse).

Mon avis

Intéressant, montre que le lien entre plus de dépenses de gestion, plus de personnel et plus de plateau technique n’est pas totalement associé avec meilleure qualité des soins.