Tout sur la gestion des risques médicaux
                et la sécurité du patient

Critique des médecins sur leurs confrères

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Facebook
  • Twitter
  • Messages0
  • Imprimer la page

2010 - Travail sur le ressenti des infirmiers devant des comportements incorrects de médecins

12/08/2015

Longo, J., (Jan. 31, 2010) "Combating Disruptive Behaviors: Strategies to Promote a Healthy Work Environment" OJIN: The Online Journal of Issues in Nursing Vol. 15, No. 1, Manuscript 5

Résumé

Insiste sur le caractère asymétrique de pouvoir comme cause de ces comportements, avec le paradoxe que souvent ces comportements proviennent de médecins plutôt bons, et par ce fait, sont tolérés plus qu’ils ne devraient. Les conséquences sont assez nombreuses : 67% des soignants pensent qu’il y a un lien entre ces comportements et des erreurs commises, 71% avec des erreurs de médicaments, 27% l’associent même à la mortalité augmentée. 53% de soignants en maternité pensent que ces comportements ont entraînés des nearmiss dans la salle de travail, et 41,9% ont des cas précis en tête où se sont produits des EIG.

L’impact sur le moral et l’équipe sont évidemment aussi très importants, avec une baisse de la satisfaction, des départs, des dégradations importantes des communications et coordinations, avec des extensions collatérales aux relations inter soignants
Les actions doivent se concentrer sur l’établissement d’un code de conduite faisant consensus dans le groupe et recevant un soutien sans faille de la direction, en fuyant un comportement de silence (silence skills) avec des interventions systématiques convenus dans le groupe (zéro tolérance) chaque fois que ce code n’est pas respecté, mais en remarquant et traitant plus sur le fait (du comportement) que l’opprobre sur la personne, et en insistant bien sur le lien avec la sécurité du patient de ce comportement. Le simple fait d’établir une communication plus importante et plus fréquentes, y compris sur des sujets non professionnels, avec les auteurs de ces comportements (souvent en contact trop ponctuel avec l’équipe) suffit souvent à réduire les comportements par une meilleure connaissance et respect mutuel.

Si aucun résultat n’est obtenu par cette méthode de consensus, des actions plus autoritaires contre les auteurs répétés de ces comportements doivent être envisagées avec le support de la direction ; il peut d’agir d’abord de  médiations, de formations spécifiques, et en bout de course de sanctions.

Mon avis

Article très complet, à lire.