Tout sur la gestion des risques médicaux
                et la sécurité du patient

Culture de sécurité en médecine

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Facebook
  • Twitter
  • Messages0
  • Imprimer la page

2006 - Mesures des climats de sécurité

17/08/2015

Flins R., Burns C., Yule S., Robertson E., Measuring safety climate in healthcare, Qual Saf Health Care 2006;15:109–115.

Résumé

Rhona Flin est professeur de psychologie de l’université d’Aberdeen en Ecosse, spécialiste des climats de sécurité ; elle a d’abord publié dans le cadre de l’offshore de la mer du nord, puis dans le cadre de l’aviation, et maintenant dans le cadre médical
La notion de climat repose sur les traits de surface observables des comportements d’un service hospitalier compare aux raisons profondes (culture) qui créent ce climat. En un certain sens, le climat peut être noté par des observateurs, alors que la culture émerge de questionnaires passés individuellement par les acteurs. Plusieurs méthodes et outils existent pour mesurer les climats dans l’industrie, presque toutes transposables à la médecine. (1) La dimension la plus fréquemment explorée du climat est la capacité managériale à soutenir/prioriser la sécurité parmi toutes les pressions connexes (72% des questionnaires) (arbitrages, soutien direct, participation aux visites de terrain, et aux réunions spécifiques, etc.). Cinq autres thèmes reviennent régulièrement dans l’industrie avec un haut niveau de priorité dans els questionnaire de culture/climat: (2) le système de sécurité (quelle organisation, cité dans 67%), (3) le niveau réel des risques (particulièrement des accidents de travail, cité dans 67%), (4) le niveau de pression de travail (33%), (5) la valeur et le suivi des procédures (cité dans 33%), et (6) la qualité des compétences. A noter que la qualité des coopérations et du travail collectif ne figure pas en temps que telle dans cette échelle à 6 dimensions…même si elle transparait dans certaines entrées. L’article analyse par le détail 12 propositions de mesure du climat (dont trois utilisent le même questionnaire ORMAQ (Operating Room Management Attitudes Questionnaire) ; ces 12 questionnaires ont été essayés dans le domaine médical et l’auteur commente ces essais d’un point de vue métrologique et conclusions. Les matériels réunissent 73 dimensions à coder toutes supposées pertinentes pour la mesure des climats (bonne analyse article par article). Outre les difficultés parfois de mesures, l’article conclue qu’aucune étude sur les climats de sécurité dans le domaine médical n’a pu formellement conclure à un lien entre les dimensions testées et l’amélioration de la sécurité en matière d’outcome pour le patient. La conclusion est donc assez réservée à un moment où le NHS poussait pour adopter un plan rapide d’amélioration de la culture basée sur des traits de surface des comportements. Les qualités métrologiques des instruments testés sont modestes, en tout cas incomplètes, et le lien à l’amélioration de la sécurité patient non prouvé. Les résultats plus favorables dans l’industrie laissent envisager un certain optimisme, mais les dimensions qui ont des résultats positifs dans l’industrie privilégient des objets qui ne sont peut être pas ceux que la médecine veut prioriser (pression temporelle en premier, accident du travail en second… ).

Mon avis

Un très bon article avec une bonne revue de question sur ce terme assez décalé  de climat de sécurité  tout en étant cousin de culture de sécurité ; cet article préparait la montée en puissance de la politique du NHS pour impulser une amélioration de la culture de sécurité.