Tout sur la gestion des risques médicaux
                et la sécurité du patient

Financement de la santé, Politiques d'amélioration de la Qualité-Sécurité, idées et directions générales

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Google plus
  • Facebook
  • Twitter
  • Imprimer la page

2011 - Cout des EIG à l’hôpital

19/08/2015

Nestrigue C., Zeynep O.  Surcoût des évènements indésirables associés aux soins à l’hôpital, Premières estimations à partir de neuf indicateurs de sécurité des patients, n° 171 - Décembre 2011

Résumé

Premières estimations du coût de prise en charge d’une partie des EIG en France.
Estimation à partir de 9 indicateurs de sécurité du patient (PSI) dérivés des indicateurs US de l’AHRQ, repris par le projet CLARTE, et lus à partir de la base PMSI :  1)Escarre de décubitus, 2) Corps étranger oublié pendant une procédure de soins, 3) Infection liée aux soins médicaux (infection sur cathéter vasculaire), 4) Désordre physiologique et métabolique postopératoire, 5)Embolie pulmonaire et thrombose veineuse profonde postopératoire, 6) Septicémie postopératoire, 7) Difficulté technique lors d’une procédure de soins - Lacération ou piqûre accidentelle au cours d’un soin, 8) Traumatisme obstétrical du vagin lors d’un accouchement par voie naturelle - avec instrument, 9)Traumatisme obstétrical du vagin lors d’un accouchement par voie naturelle - sans instrument.
Résultats : 0,5 % des séjours hospitaliers sont associés à l’un ou l’autre de ces 9 EIG. Il existe toutefois de fortes disparités de surcoûts, de 500 € pour les traumatismes obstétricaux à environ 20 000 € pour les septicémies. Ces surcoûts sont étroitement corrélés avec la durée des séjours et l’intensité des soins. En 2007, le coût total de prise en charge de ces neuf événements indésirables est estimé à 700 millions d’euros, concentré à 90 % sur quatre événements indésirables (désordres physiologiques et métaboliques postopératoires, septicémies postopératoires, escarres et embolies pulmonaires postopératoires).

Mon avis

Seule étude publiée à l’échelon national à cette date.